Meurtre de Mamoudou Barry: le président Macky Sall réagit !

Partagez ceci :

Le président Sénégalais Macky Sall condamne le meurtre de l’enseignant-chercheur Guinéen Mamoudou Barry, pris à partie par des individus se réclament supporters algériens à Rouen. Le numéro un sénégalais présente ses condoléances à la nation guinéenne.

« Je condamne le crime odieux perpétré contre Mamoudou Barry, un citoyen guinéen en France, suite au match Sénégal-Algérie. Je présente mes sincères condoléances à sa famille éplorée, au peuple frère de Guinée et au Président Alpha Condé », a ainsi réagi le chef de l’Etat sénégalais.

Selon la presse guinéenne, le drame est survenu en marge de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football, disputée au Caire, en Egypte.

L’enseignant-chercheur en Guinée et en France, membre de l’équipe de recherche de Thinking Africa, docteur en Droit de l’Université de Rouen Normandie, Mamoudou Barry aurait été victime d’une agression raciste, une thèse qui n’a pas été confirmée pour le moment par la police française qui a ouvert une enquête.

Pour l’ambassadeur de la Guinée en France, « c’est vraiment un drame. C’était un jeune compatriote très brillant qui venait de soutenir sa thèse avec mention honorable et malheureusement il a dû se trouver au mauvais moment, au mauvais endroit. Il était à un arrêt de bus, d’après les informations que j’ai. Il attendait tranquillement, s’est fait agresser verbalement puis physiquement. Il serait tombé sur la nuque provoquant une hémorragie. Cela s’est mal passé, voilà. C’est l’émotion qui m’étrangle parce que pour sa famille et ses amis, c’est vraiment dramatique».

« Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller l’auteur de l’agression (…). Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux» , a écrit sur son Twitter le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Et de poursuivre: « Je pense qu’il faut faire confiance à la police et à la justice pour que toute la lumière soit faite, ne serait-ce que pour que la famille ait le fin mot de l’histoire et que nous-mêmes nous soyons rassurés qu’aucune communauté, aucune race n’ait été visée particulièrement, que c’est un incident ou un accident qui s’est passé entre deux individus à un moment donné qui malheureusement a une mauvaise fin ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *