Mozambique: l’opposition demande l’annulation des scrutins

TAB Group Business
Partagez ceci :

Alors que la majorité attend les résultats des provinciales, l’opposition mozambicaine demande l’annulation des élections générales du 15 octobre dernier. Selon l’AFP qui cite Africanews, cette dernière accuse le gouvernement d’avoir violé l’accord de paix durant tout le scrutin.


« Le Front de libération du Mozambique (Frelimo, au pouvoir) (…) a violé l’accord de cessation des hostilités qui dit qu’il ne faut pas commettre d’actes de violence et d’intimidation dans la poursuite d’objectifs politiques….

Il y a eu des arrestations arbitraires d’agents (…) et des électeurs qui ont essayé de se plaindre de tout, du bourrage d’urnes électorales, n’ont pas été en mesure d’exercer leur droit de vote », a écrit la Résistance nationale du Mozambique (Renamo, opposition) dans un communiqué souligne notre source.

Cet appel sera entendu ? La question reste posée. Le parti au pouvoir le Front de libération du Mozambique (Frelimo), n’entend pas rendre son tablier de sitôt. Son digne produit, le chef de l’État mozambicain Filipe Nyusi est d’ailleurs arrivé largement en tête des résultats préliminaires de la présidentielle du mardi dernier ceci pour un second mandat.

Entre intimidation, enlèvement et irrégularités, la Mozambique est loin comme la plupart des pays africains, d’une démocratie sans faille. Les principales missions internationales d’observateurs ont d’ailleurs émis de nombreuses réserves sur l‘équité et la régularité de la campagne et sur le dépouillement du vote.