Niger: cinq drones pour booster l’agriculture

Le Niger veut à tout prix donner un coup de pouce à son agriculture. Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage vient d’émettre le souhait de s’équiper de cinq nouveaux drones. Un appel public à candidature témoignant l’intention de trouver un fournisseur.

Si aucun détail n’a été donné sur ce sujet mais les médias locaux croient savoir que ces nouveaux équipements soient utilisés à des fins agricoles. Ce projet montre l’envie des autorités du pays à profiter de la bonne dynamique dans laquelle se situent les nouvelles technologies dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest.

Plusieurs pays de la sous-région ont désormais compris l’impact des Tics dans le développement de l’agriculture. L’usage de drones est également une sorte d’appel à l’endroit de la jeunesse qui doit s’impliquer dans tous les domaines, notamment l’agriculture. Un pas en avant un an après le crie d’alarme de la FAO qui décrivait cette tendance de la jeunesse à se détourner de cette agriculture traditionnelle jugée trop salissante, pénible et les salaires insatisfaisants.

Le Niger a donc compris que la révolution agricole devait s’accompagner d’une révolution technologique. Dans plusieurs pays de la sous-région, l’on observe une multiplication de drones, des applications mobiles tels que FAMEWS pour prévenir en cas d’infestations et de ravages issus des insectes, d’autres applications sont apparues sur la même thématique telle que Nuru, et plus tard Abalobi.

D’autres services sont également proposés pour connaitre la météo, et le calendrier cultural, le soin du bétail, les maladies, la conservation et la consommation d’aliments… Des nouvelles idées, technologies et pratiques qui participent à cette révolution numérique quotidienne dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest.

L’année dernière, le Burkina Faso, souhaitait expérimenter la technique du drone pour cartographier les zones agricoles, repérer les zones infestées par d’éventuels parasites, et également permettre de surveiller l’érosion le long des côtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *