Accueil / A la Une / Niger: révision du fichier électoral, l’opposition crie au scandale

Niger: révision du fichier électoral, l’opposition crie au scandale

Partagez ceci :

Le Niger comme d’autres pays africains se préparent pour les élections présidentielles en 2020. Au Niger, la machine électorale est mise en branle par la Commission électorale nationale indépendante. Elle a démarré le 1er octobre la révision du fichier électoral, un processus auquel ne participe pas l’opposition.

Alors que le processus électoral est enclenché par le gouvernement, l’opposition continue de dénoncer le nouveau code électoral, surtout « l’article 8 ».

Cet article « disqualifie pour une élection toute personne ayant été condamnée à au moins un an de prison », rapporte Deutsche Welle (DW). Et donc, l’opposition refuse d’envoyer ses représentants à la CENI et crie au scandale.

De son côté, le gouvernement rassure que le processus suivra son cours avec ou sans l’opposition.

Selon le porte-parole du gouvernement, Abdourahaman Zakaria ce mercredi sur la DW, « l’article 8 est ainsi, l’opposition est bien représentée dans la commission mais refuse de prendre sa place ».

En clair, le pays ira aux urnes en 2020. « Les réclamations de l’opposition ne changeront rien au processus », a-t-il ajouté.




Traduction »