Accueil / A la Une / Opinion : « Nous ne pouvons pas laisser la faim croissante en Afrique être notre héritage », Abebe Haile-Gabriel de la FAO

Opinion : « Nous ne pouvons pas laisser la faim croissante en Afrique être notre héritage », Abebe Haile-Gabriel de la FAO

Partagez ceci :

Le 16 octobre prochain marquera la journée mondiale de l’alimentation. À quelques jours de cette journée, le sous-directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique attire l’attention le niveau de l’insécurité alimentaire à laquelle l’Afrique fait face. Abebe Haile-Gabriel peint un tableau assez inquiétant et insiste sur davantage d’investissements dans l’agriculture pour renverser la tendance. Lecture.

« Alors que nous célébrons la Journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre, une personne sur cinq souffre de la faim en Afrique. Plus d’un milliard d’Africains n’ont pas les moyens d’avoir une alimentation saine. L’Afrique recule dans ses efforts pour mettre fin à la faim, à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Cette situation n’est pas durable.

Le dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, co-écrit par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), montre que l’Afrique supporte le plus lourd fardeau de la faim par rapport aux autres régions. Environ 278 millions de personnes en Afrique seront confrontées à la faim en 2021. Cela représente une augmentation de 46 millions de personnes par rapport à la situation pré COVID en 2019.

En plus de la pandémie, nous sommes confrontés à des chocs multiples et superposés et à des crises prolongées en Afrique qui font augmenter la faim.

Les extrêmes climatiques continuent d’avoir de graves répercussions sur les économies et les moyens de subsistance, comme la sécheresse dans la Corne de l’Afrique et au Sahel. Les conflits et les guerres continuent de faire des ravages sur la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes et sur les économies nationales. Le coût de la vie augmente.

Nous ne sommes plus qu’à huit ans de l’échéance de 2030 pour atteindre les objectifs de développement durable. Ou seulement huit récoltes annuelles.

Selon les projections de la FAO, plus de 670 millions de personnes souffriront de la faim dans le monde d’ici 2030. Il s’agit de la même prévalence que lors du lancement de l’Agenda 2030 en 2015. Trois cent dix millions de personnes sur ce total se trouveront en Afrique.

Nous ne pouvons pas laisser cela être notre héritage. Nous devons faire plus et maintenant pour inverser la tendance de la faim.

La bonne nouvelle est que nous avons des solutions qui fonctionnent.

Une solution est en cours dans le nord-est du Nigeria, que j’ai eu l’occasion de visiter au début du mois et où des crises multiples et superposées ont frappé la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance.

Là-bas, la FAO collabore avec les communautés vulnérables, le gouvernement et les partenaires pour protéger et promouvoir les moyens de subsistance basés sur l’agriculture.

Les preuves montrent qu’un paquet de soutien composé de semences et d’engrais coûtant 88 USD sur moins d’un hectare de terre (0,8ha) a donné 918 kg de niébé et de maïs, ce qui est suffisant pour nourrir un ménage moyen de 7 personnes pendant 6 mois.

Il s’agit d’un retour sur investissement stupéfiant.

Des kits similaires sont fournis pour la production de légumes et le bétail. Ces kits sont également utilisés dans d’autres pays, comme le Sud-Soudan.

Il ne s’agit pas d’aumônes, mais d’investissements qui rapportent réellement en termes de meilleure production, de meilleure nutrition, d’un meilleur environnement et d’une meilleure vie, sans laisser personne de côté. Ces Four Betters sont les principes fondamentaux du travail de la FAO.

Travailler ensemble

Il n’est pas possible d’éliminer la faim tout seul. Nous devons travailler ensemble pour mettre à l’échelle des moyens de subsistance innovants basés sur l’agriculture et des solutions permettant de sauver des vies.

En effet, l’Afrique pourrait être un leader mondial dans le domaine de l’agriculture et de l’agrobusiness. Selon les données du projet Africa Open D.E.A.L (Open Data on Environment, Agriculture and Land) de la FAO, l’Afrique possède plus du double de la superficie des terres cultivées par rapport à l’Union européenne. Nous disposons également d’un énorme potentiel chez nos jeunes qui peuvent devenir les prochains entrepreneurs et leaders de l’agrobusiness s’ils bénéficient des bonnes opportunités.

La FAO recommande un certain nombre de mesures à prendre dès maintenant pour lutter contre la faim croissante en Afrique, comme la réaffectation des ressources pour encourager la production et la consommation durables d’aliments nutritifs, l’augmentation de l’efficacité de l’utilisation des intrants agricoles, y compris les engrais, et la réduction des pertes et des déchets alimentaires tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Les pays africains doivent utiliser la zone de libre-échange continentale africaine pour renforcer la capacité de production et le commerce, et adopter la science et l’innovation pour stimuler la transformation des systèmes agroalimentaires, notamment en améliorant plus intentionnellement les modèles commerciaux, les mécanismes de financement et les partenariats.

Le temps presse, et nous devons passer à une action accélérée. Nous ne pouvons pas permettre à l’Afrique de sombrer davantage dans la faim sous nos yeux. »




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »