Accueil / A la Une / Ouganda: un député s’attire la foudre de la population, la raison vous choquera !

Ouganda: un député s’attire la foudre de la population, la raison vous choquera !

Partagez ceci :

En Ouganda, la population exige la démission pure et simple d’un député qui aurait encouragé les hommes à battre leur femme afin de les « discipliner ».

Le 10 mars dernier, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision NTV Uganda le député Onesmus Twinamasiko déclarait «En tant qu’homme, vous devez discipliner votre épouse. Vous devez la battre un peu pour la mettre sur les rails ».

Les réactions n’ont pas tardé à pleuvoir suite à cette déclaration qui a suscité la colère de l’opinion publique et des femmes en particulier. Sur Twitter, le hashtag #OnesmusTwinamasikoMustResign (OnesmusTwinamasikoDoitDémissionner) s’est répandu telle une traînée  de poudre.

Le 14 mars dernier, le député est revenu sur sa déclaration assurant dans une lettre au Parlement « détester toute forme de violence contre les femmes ». «Veuillez accepter mes excuses les plus sincères et sans réserve », écrira-t-il à l’adresse des parlementaires, du public et des femmes.

Malgré ses excuses, Rebecca Kadaga, la présidente du parlement a promis enquêter sur les propos de M. Twinamasiko pour incitation à la violence contre les femmes. Pour l’heure, une quelconque démission du député n’est pas encore prononcée.

Dans une population au sein de laquelle une femme dont l’âge est compris entre 14 et 49 ans est victime de violence physique ou sexuelle sur une période de douze mois, les propos du député ont de quoi à choquer plus d’un encore plus dans le mois de mars, un mois où l’on célèbre les femmes du monde entier.

Le président Museveni avait justement à l’occasion de la Journée internationale de la femme condamné les mauvais traitements infligés par certains hommes à leur épouse, en dénonçant leur « lâcheté ». Yoweri Museveni promet un retour de la peine de mort pour endiguer la criminalité et la violence qui fait rage dans le pays.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »