Ouganda: violée, Faridah ne dort plus !

Partagez ceci :

Faridah connait des moments difficiles depuis deux ans. Violée, la jeune ougandaise de 20 ans a du mal à oublier le traumatisme de ce triste événement. Pour essayer de se relever elle se lance dans une lutte contre ce phénomène, à sa manière.

Tout a basculé il y a deux ans quand cette fille et une de ses amies ont été agressées par des drogués dans une rue mal éclairée de Kampala. Un évènement trouble duquel Faridah sort la vie sauve contrairement à son amie qui a été tuée après avoir été violée.

Faridah est convaincue qu’elles n’auraient pas été violées si la rue dans laquelle elles passaient était éclairée. Depuis, la situation a changé dans son quartier. Faridah dirige un groupe de jeunes filles qui localisent les lieux à problème. Elles partagent ensuite leurs conclusions avec leurs familles, leurs communautés puis les soumettent aux autorités locales.

A Kampala, la jeune femme et ses amies ont rencontré des responsables de la capitale ougandaise qu’elles ont convaincus d’installer de l’éclairage public et des caméras de surveillance dans certains quartiers à risque. Son quartier s’est depuis transformé.

« Je ne veux pas que ma fille grandisse et vive ce que j’ai vécu, être insultée dès qu’elle sort dans la rue », a expliqué à l’AFP Faridha, aujourd’hui mère de deux enfants.

Aujourd’hui elle milite pour sensibiliser les populations et amener les autorités à garantir les conditions optimales qui garantissent la sécurité des populations.

Elle participe actuellement à un programme de l’ONG Plan international intitulé Safer Cities (Des villes plus sûres), qui mobilise des adolescentes dans dix villes du monde (Alexandrie, Asuncion, Le Caire, Hanoï, Honiara, Kampala, Lima, Melbourne, Nairobi et New Delhi).

Selon un rapport de Plan international en 2012, 80% des 156 filles interrogés au cours d’une enquête ont dit ne pas se sentir en sécurité dans les espaces publics ou les transports en commun. Elles craignaient particulièrement d’être victimes de vols, de harcèlement, voire de viol.

Faridah rêve de devenir avocate, spécialisée dans la défense des droits des femmes. Une suite logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *