Accueil / Non classé / Paul Biya : « Ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut »

Paul Biya : « Ne dure pas au pouvoir qui veut mais qui peut »

Partagez ceci :

Arrivé à la tête de l’Etat camerounais le 6 novembre 1982, à la suite de la démission d’Ahmadou Ahidjo, le chef de l’État camerounais Paul Biya fête dimanche le 06 novembre 2022, ses 40 ans d’exercice de pouvoir. Par cette longévité politique exceptionnelle, le président camerounais entre dans le « Club des 5 », sous entendu « les cinq chefs d’État africains qui, depuis un siècle, ont franchi le cap des 40 ans au pouvoir ».

Soixante ans dans les arcanes du pouvoir, quarante ans de gestion des crises au Cameroun…

Quelles sont les clés de cette longévité hors du commun ? Est-ce que Paul Biya est un homme chanceux ? Est-ce qu’il a la baraka ? Comment fait-il pour diriger aussi longtemps un pays aussi complexe, en s’y consacrant aussi peu ?

C’est la réflexion que l’ancien président français Jacques Chirac avait menée avec l’un de ses conseillers, en 2015, qui est revenue aux oreilles de Paul Biya.

Et il faut souligner que cela n’a pas du tout plu à ce dernier.

Du berger à la bergère, il avait donc répondu en ces termes : « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais qui peut ».

En d’autres termes, le chef de l’Etat voulait dire :  » Attention aux apparences, je travaille beaucoup plus qu’on ne le croit, je connais toutes les arcanes de ce pays. Et j’ai dans mon trousseau, les clés de la longévité au pouvoir « .

Répondant, le 21 juillet 1990, à une question du journaliste français Yves Mourousi, Paul Biya affirmait : « Je voudrais que l’histoire retienne de moi l’image de l’homme qui a apporté à son pays la démocratie et la prospérité« .

L’Histoire jugera, le moment venu.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »