Accueil / A la Une / Qui est Mamady Doumbouya, l’homme qui a fait tomber Alpha Condé ?

Qui est Mamady Doumbouya, l’homme qui a fait tomber Alpha Condé ?

Partagez ceci :

Un Malinké originaire de la région de Kankan en Guinée, Mamady Doumbouya est un lieutenant-colonel, à la tête du Groupement des forces spéciales (GPS), une unité d’élite de l’armée aussi bien entraînée qu’équipée, à l’origine du coup d’État de ce dimanche 5 septembre. Un putsch ayant conduit à l’arrestation du président Alpha Condé, 83 ans, au pouvoir depuis 2010.

Mamady Doumbouya, le nouvel homme fort de la Guinée

Ancien légionnaire de l’armée française, Mamady Doumbouya avait été rappelé en Guinée pour prendre la tête du GPS en 2018.

Ces derniers mois, sa volonté d’autonomiser le GPS par rapport au ministère de la Défense avait suscité la méfiance du pouvoir de Conakry.

En mai, des rumeurs infondées faisant part de sa possible arrestation avaient même circulé dans la capitale guinéenne.

Celui qui apparaît aujourd’hui comme le chef des putschistes a appelé ce dimanche ses « frères d’armes à l’unité » et à rester dans leurs casernes. 

« Il a gravi tous les échelons de l’armée guinéenne. Compte tenu de la menace terroriste au Sahel, le Colonel Mamady Doumbouya a été désigné pour diriger les Forces spéciales de la Guinée, qui ont leur siège à l’entrée de Kaloum, où se trouve le Palais présidentiel. Ils assuraient la sécurité du Président Alpha Condé et couvraient ses déplacements de façon extraordinairement sécurisée », a détaillé Bangaly Touré, journaliste à France 24.

Selon le journaliste, le colonel Mamady Doumbouya est connu pour être un ami du Colonel Assimi Goïta du Mali.

Les attaques en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et autre Mali avaient poussé les autorités guinéennes à confier au colonel Doumbouya une mission spécifique de veille contre le terrorisme.

D’ailleurs, Mamady Doubouya est présenté comme étant un Malinké, une ethnie bien présente au Mali. Il se dit que les deux hommes ont eu des connexions dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Pour rappel, après avoir annoncé ce dimanche 5 septembre 2021, la dissolution de la Constitution, du gouvernement, des institutions et la fermeture des frontières, le colonel Mamady Doumbouya annonce qu’un « Comité national du rassemblement et du développement, CNRD » a pris le pouvoir des mains d’Alpha Condé, arrivé au pouvoir en 2010, et réélu en 2020 pour un troisième mandat après une révision de la Constitution décriée.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »