Accueil / Africa top success / Réhabilitation de Blaise Compaoré: le principal projet politique de Damiba?

Réhabilitation de Blaise Compaoré: le principal projet politique de Damiba?

Partagez ceci :

Il y a des signes qui ne trompent pas. Quelques semaines après sa première visite au pays qu’il a dû fuir il y a huit ans, l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré demande pardon au peuple burkinabé pour tout le mal qu’il a pu lui causer durant son règne. Les prémices de la réhabilitation de l’ex-chef d’Etat?

« Je demande pardon au peuple burkinabè pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère et plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Sankara« . C’est ce qu’a indiqué ce mardi Lionel Bilgo, porte-parole du gouvernement burkinabè.

Avant de poursuivre: « J’assume et déplore du fond du cœur toutes les souffrances et les drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leurs familles de m’accorder leur pardon. »

Les signes d’une réhabilitation

Il y a trois semaines, Blaise Compaoré effectuait son grand come back au Burkina Faso, le pays qu’il était contrait de fuir en octobre 2014, à la suite d’une révolution populaire contre son projet de s’offrir un mandat supplémentaire à la tête du pays qu’il dirigeait depuis 27 ans. Depuis, l’ancien compagnon de Thomas Sankara s’est exilé en Côte d’Ivoire où il a été naturalisé en 2016.

Le 8 juillet dernier, Blaise Compaoré, condamné par contumace à la perpétuité pour son rôle dans l’assassinat de Thomas Sankara, est rentré au pays pour « sceller la réconciliation nationale » face aux attaques terroristes qui endeuillent le pays. Justement, la lutte contre le terrorisme qui constitue l’argument principal mis en avant par les militaires qui ont renversé le président Kaboré en janvier 2022.

Compaoré, un allié sûr pour combattre le terrorisme?

Malgré les belles promesses, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba peine véritablement à lutter contre le phénomène terroriste. Lui qu’on présentait pourtant comme un officier supérieur rompu à la tâche en matière de terrorisme auquel il a même consacré un ouvrage.

Pour beaucoup d’observateurs, le nouveau maître du palais de Kosyam s’est tout simplement pris les pieds dans le tapis. Face donc à la dure réalité du terrain, il n’aurait pas d’autre choix que de faire appel au spécialiste en négociations avec les réseaux terroristes: Blaise Compaoré.

Paul-Henri Damiba cacherait, selon eux, son incapacité à faire face aux groupes terroristes qui continuent de gagner du terrain, en réhabilitant l’ancien président du Faso. Une amnistie à Blaise Compaoré qui vient d’implorer le pardon du peuple Burkinabè?




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »