Umalis Group
Home / A la Une / Rwanda : quand Whatsapp réunit une orpheline du génocide et sa famille

Rwanda : quand Whatsapp réunit une orpheline du génocide et sa famille

Partagez ceci :

La magie des réseaux sociaux s’est encore opérée. Une jeune fille orpheline à l’âge de deux ans lors du génocide rwandais de 1994 a récemment retrouvé certains membres de sa famille. Tout ceci grâce à certaines photos sur whatsapp.

A en croire la BBC, en avril 2020, Grace Umutoni, qui ne connaissait pas son nom de naissance, a mis plusieurs photos d’elle sur différents groupes WhatsApp, Facebook et Twitter pour voir si elle pouvait retrouver des membres de sa famille.

Après avoir tenté par des moyens plus officiels en vain, elle jetait ses derniers espoirs sur la puissante machine des réseaux sociaux.

« Tout ce que l’infirmière de 28 ans savait de son passé, c’est qu’elle avait été amenée dans un orphelinat de la capitale, Kigali, du quartier de Nyamirambo, avec son frère, qui avait quatre ans à l’époque et qui est mort plus tard » confie la BBC.

A la suite de la publication de ses photos, plusieurs réactions de certains mais il a fallut attendre plusieurs mois pour voir une piste qui semblait plausible.

Un certain Antoine Rugagi qui avait vu les photos sur un groupe de WhatsApp, l’avait contactée pour lui dire qu’elle ressemblait beaucoup à sa sœur, Liliose Kamukama, qui a été tuée dans les premiers jours du génocide en avril 1994. Des test ADN ont été fait pour confirmer ou infirmer. Des tests qui ont montré qu’il y avait 82 % de chances qu’ils soient liés.

« J’étais choquée, je ne pouvais pas me retenir d’exprimer mon bonheur, même aujourd’hui je pense que je suis dans un rêve, c’est le miracle pour lequel j’ai toujours prié« , indique à la BBC Umutoni.

Son oncle a pu la présenter à des parent du coté paternel de la famille. Elle a été également informée que Yvette Mumporeze était le nom que lui avaient donné ses parents tutsis.

Encore une nouvelle histoire qui montre à suffisance, la force des réseaux sociaux en Afrique et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »