Home / A la Une / San Francisco accueille un sommet mondial inédit sur le climat

San Francisco accueille un sommet mondial inédit sur le climat

Partagez ceci :

Pour réactiver la mobilisation pour l’accord de Paris, des milliers d’élus, de maires, de responsables d’ONG et d’entreprises du monde entier se rassemblent cette semaine à San Francisco pour un Sommet mondial pour l’action climatique.

C’est le gouverneur Jerry Brown qui accueille ce sommet qui commence officiellement mercredi. Démocrate de 80 ans, le gouverneur désire montrer aux yeux du monde que son Etat de 39 millions d’habitants est à l’avant-garde de la transition écologique.

Egalement attendus au sommet, Michael Bloomberg, milliardaire ex-maire de New York et philanthrope du climat, le Monsieur climat chinois Xie Zhenhua, Al Gore et des célébrités dont Harrison.

Les climatologues trouvent cette remobilisation nécessaire car trois ans après l’accord signé à Paris, la guerre contre les gaz à effet de serre est mal en point.

Selon l’AFP, les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère remontent à nouveau après quelques années stables et ont atteint un pic historique en 2017. La consommation de charbon est elle aussi repartie à la hausse, dopée par la croissance des économies asiatiques.

«Comme un prélude au sommet, l’été 2018 fut l’un des plus chauds jamais enregistrés, les climatologues prévenant que ces vagues de chaleur autrefois exceptionnelles sont vouées à devenir plus fréquentes. Tout comme les terribles ouragans de l’an dernier », écrit l’agence.

Les engagements des 197 pays signataires restent extrêmement insuffisants pour contenir la hausse de la température moyenne du globe « nettement en-dessous de 2°C » comparé à la période préindustrielle et si possible moins de 1,5°C.

Nous en sommes déjà à environ 1°C, et la trajectoire actuelle prévoit une augmentation de 3,2°C d’ici 2100, selon le Climate Action Tracker.

Les signaux qui sont au rouge justifient ce rendez-vous de San Francisco qui n’inclut que des acteurs non-étatiques. Ils entendent faire pression sur les Etats signataires afin qu’ils revoient à la hausse leurs politiques anticarbones au prochain rendez-vous de révision des objectifs, en 2020.

« Ils peuvent en faire plus, il faut accélérer », résume Helen Clarkson, directrice générale de l’ONG The Climate Group et membre du comité consultatif du sommet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »