Home / A la Une / Sélection du Togo : le bilan de Claude Le Roy chez les éperviers

Sélection du Togo : le bilan de Claude Le Roy chez les éperviers

Partagez ceci :

À son arrivée en avril 2016 à la tête de l’équipe nationale du Togo, Claude Le Roy était désigné comme l’homme de la situation. Celui que l’on surnommait depuis des années « le sorcier blanc » sur le continent africain était censé être celui qui allait réveiller le football togolais en lui insufflant une nouvelle dynamique comme il a eu à le faire auparavant avec d’autres sélections africaines. Des sélections qui ont connu autant de succès que la plateforme de paris sportif Bet777 . Mais après bientôt 04 ans à la tête des Eperviers, l’on se demande quel bilan retenir du sélectionneur français. Qui est-il ?  Quelles ont été ses plus grands exploits et ses plus grands revers ? Que lui réserve l’avenir au sein de cette sélection d’Afrique de l’ouest ? Découvrons ensemble le bilan de Claude Le Roy à la tête du Togo et les perspectives qui s’offrent à lui.

Claude le Roy : Bref présentation du sélectionneur.

Claude le Roy est un ancien footballeur et entraîneur français. Il a commencé sa carrière de coach dans les années 80 et a connu sa première expérience en Afrique dès 1985 avec la sélection des Lions indomptables du Cameroun. Il entraîna par la suite d’autres sélections africaines notamment le Sénégal, le Ghana, la République démocratique du Congo, le Congo et actuellement le Togo. Il remporta en 1988 la Coupe d’Afrique des Nations avec le Cameroun. Sa réputation d’entraîneur à succès sur le continent lui valut très vite le surnom de « sorcier blanc ».

Parcours à la tête de l’équipe nationale du Togo : un bilan assez décevant.

Depuis son arrivée en 2016 à la tête des Éperviers, la magie du sorcier blanc n’a pas encore fait un grand effet. Son plus grand exploit jusque-là à été d’avoir réussi à qualifier le Togo à la Coupe d’Afrique des Nations de 2017 au Gabon. Le parcours de son équipe durant cette CAN fut décevant pour les supporters puisqu’ils n’ont pas réussi à se qualifier pour le second tour de la compétition. L’année 2019 apparaissait comme l’année de la renaissance et du succès au plan continental. Logé durant les phases de qualifications dans un groupe composé de l’Algérie, du Bénin et de la Gambie, le Togo croyait fortement en ses chances et était prêt à en découdre avec les autres équipes. À la dernière journée de la phase des qualifications, l’homme à abattre s’appelait le Bénin. Claude Le Roy avait promis à l’issue de cette rencontre décisive battre les Écureuils afin d’offrir au peuple togolais la qualification qu’elle espérait tant, mais au final rien ne s’est passé comme il l’aurait voulu. Les Écureuils eurent raison des Éperviers et emportèrent avec eux le deuxième ticket qualificatif pour la CAN disponible dans le groupe. Ce fut une très grande déception pour le peuple togolais qui ne s’attendait pas du tout à ce scénario. Depuis lors, Claude le Roy est en attente d’une autre compétition de grande envergure afin de pouvoir rebondir sur la scène continentale avec la sélection du Togo. Au total, il aura connu depuis sa prise de fonction 06 victoires, 05 matchs nuls et 09 défaites en 20 rencontres disputées.

Quelles sont les perspectives pour le sélectionneur français ?

Il faut reconnaître que le sélectionneur Claude Le Roy se trouve actuellement dans une situation embarrassante. Les sélections africaines sont réputées pour licencier sans ménagement les entraîneurs aux faibles rendements. Le « sorcier blanc » n’est donc pas à l’abri d’une cessation de ses fonctions à la tête de la sélection togolaise. S’il arrive à surpasser cette menace, il pourra rebondir d’ici là grâce aux éliminatoires en vue de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 au Cameroun et les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 prévue de dérouler au Qatar. Se qualifier à l’un de ces deux  prochains rendez-vous majeurs serait déjà pour lui un bon point de départ pour son opération de reconquête.

Le sélectionneur français Claude Le Roy est un coach expérimenté qui jouit d’une grande renommée sur le continent africain. Ses exploits antérieurs dans les autres sélections africaines par le passé témoignent de son efficacité. Le peuple togolais devra alors s’armer d’un peu de patience et lui faire encore confiance s’il tient à profiter du  management gagnant de celui qu’on ne présente plus en Afrique. Un effectif plus rajeuni de la sélection, un soutien plus actif de la fédération dans la détection des talents locaux et un accompagnement plus accru des pouvoirs publics l’aideront certainement à réaliser les exploits qu’on attend de lui depuis des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »