Accueil / Country / West Africa / Senegal / Sénégal : François Mancabou, un manifestant du 17 juin « tué » en prison ?

Sénégal : François Mancabou, un manifestant du 17 juin « tué » en prison ?

Partagez ceci :

Interpellé à Dakar le 17 juin dernier dans le cadre des manifestations interdites à l’appel de la principale coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi, François Mancabou était soupçonné de « faits d’actes de terrorisme et d’atteinte à la sûreté de l’État ». Sa « mort accidentelle », comme le stipule l’avis de décès établi dans la soirée du 13 juillet à l’hôpital principal de Dakar, suscite plutôt des interrogations.

L’avis de décès établi par l’hôpital Principal de Dakar et signé le mercredi 13 juillet par le médecin-capitaine François Ndiaye indique que François Mancabou a succombé suite à une « mort accidentelle » survenue le mercredi à 22 h 40 mn. « François Mancabou, né le 05 février 1971, a été hospitalisé le 25 juin et est décédé hier nuit à 22 heures 40 minutes », précise le document.

Selon le procureur de la République, François Mancabou était membre d’un groupe qualifié de « Force spéciale » et il aurait été chargé de « développer des stratégies d’attaques et de harcèlement contre les forces de défense et de sécurité ».

Réagissant à cette affaire qui provoque déjà l’indignation à Dakar, l’opposant sénégalais Ousmane Sonko a directement accusé les forces de l’ordre d’avoir torturé le défunt. Il a battu en brèche les déclarations du procureur de la République qui stipulent que le défunt aurait cogné le mur et les grilles de sa cellule au cours de sa garde à vue. « Il a été torturé (jusqu’au) sang pour qu’il m’accuse de l’avoir envoyé faire des actes terroristes. Il a payé son refus de sa vie », a déclaré l’opposant sénégalais.

Une source très proche du défunt et de sa famille citée par plusieurs médias locaux parle d’actes de torture, de tabassage, d’une colonne vertébrale brisée, de quatre jours de coma.

Dans l’attente de l’autopsie et du dossier médical, la version de sa mort accidentelle a été rejetée par Maître Ousseynou Gaye, l’un des avocats de la famille, qui avance que François Mancabou a été torturé durant sa garde à vue et qu’il « a eu la lucidité de le dire à sa femme avant de mourir ».

Notons que François Mancabou est un ex-soldat et ancien garde-du-corps de l’ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Cheikh Tidiane Gadio qu’il a servi pendant plusieurs années.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »