Umalis Group
Home / A la Une / Société: elle perd 6 ongles après une séance de  »fish pédicure » !

Société: elle perd 6 ongles après une séance de  »fish pédicure » !

Partagez ceci :

Une américaine d’une vingtaine d’années a perdu 6 ongles de pieds après une séance de « fish pédicure ». Ce soin consiste à tremper ses pieds (ou ses mains, voire tout son corps) dans un aquarium dans lequel nagent des dizaines de Garrarufa. Ces petits poissons originaires du Moyen-Orient, aussi appelés poissons-docteurs, auraient des vertus exfoliantes et pourraient soigner les maladies de peau en se nourrissant des peaux mortes et des impuretés trouvées sur les pieds.

L’américaine a contracté une onychomadèse, une pathologie des ongles qui entraîne leur chute. En cause, l’eau des bassins qui ne peut pas être désinfectée après chaque client.

Ce cas a intéressé beaucoup de dermatologue. Selon une étude publiée dans la revue JAMA Dermatology le 3 juillet 2018, Shari R. Lipner   explique que « les fish pédicures ont connu un pic de popularité il y a environ 10 ans et sont encore tendance aujourd’hui. Leur attrait est dû à des affirmations infondées selon lesquelles leur traitement rendrait les pieds plus lisses et plus frais, augmenterait la circulation sanguine, éliminerait les champignons et les bactéries et soignerait le psoriasis et l’eczéma ».

La jeune américaine souffre d’onychomadèse, une pathologie de l’ongle se caractérisant par la chute spontanée de celui-ci. « À ma connaissance, il s’agit du premier cas d’onychomadèse provoqué par une fish pédicure, déclare Shari Lipner. Bien que le mécanisme exact soit inconnu, il est probable que le traumatisme provoqué par les morsures répétées des poissons entraîne l’arrêt de la production du plat de l’ongle. »

Pour la docteure en dermatologie à l’hôpital Weill Cornell Medicine de New York prévient : « Il existe un certain nombre de risques inhérents à la pédicurie avec lesquels les dermatologues devraient se familiariserLes baignoires et les poissons ne peuvent pas être correctement désinfectés entre les personnes pour ne pas tuer les Garrarufa et les mêmes poissons sont généralement réutilisés pour plusieurs personnes successives, poursuit-elle. Ainsi, il existe des possibilités de transmission d’infections entre les personnes subissant ces pédicures. » 

Les ongles de la jeune américaine 6 mois après sa séance de fish pédicure. (Shari R. Lipner)

Dans l’étude, on peut lire que « plusieurs bactéries capables de provoquer des maladies chez l’homme ont été isolées à partir de lots de Garrarufa et d’eaux provenant de 24 stations thermales ». Déjà deux cas d’infection à Staphylococcus aureus et un cas d’infection à Mycobacteriummarinum du pied ont été signalés suite à une « pédicure aux poissons ». Ce type de soin a été interdit dans au moins dix États des États-Unis.

Certains pays ont déjà mise en garde les citoyens face aux risques liés à cette pratique. En France, l’Anses avait publié un avis en avril 2013 et considérait qu’« il existe un risque potentiel de transmission d’agents pathogènes d’origine humaine ou animale par le biais de l’eau ou des poissons, au cours de la pratique de fish pédicure ». L’agence recommandait alors « l’encadrement strict de cette pratique afin de prévenir les risques d’infection des utilisateurs et des professionnels ». Les experts estimaient également que « certains usagers (diabétiques, immunodéprimés, usagers ayant des lésions cutanées aux pieds) constituaient une population sensible à risque plus important d’infection ». En mai 2016, c’est le Haut Conseil de la santé publique qui s’était penché sur ce phénomène et avait conclu qu’un risque infectieux était possible.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »