Home / A la Une / Sommet conjoint CEEAC-CEDEAO : voici les résolutions de cette grande première

Sommet conjoint CEEAC-CEDEAO : voici les résolutions de cette grande première

Partagez ceci :

Le 1er sommet conjoint CEDEAO-CEEAC  a été effectif ce 30 juin  à Lomé, la capitale togolaise. Première du genre dans l’espace coopératif africain, cette rencontre de haut niveau a posé les bases d’une forte coopération entre les pays réunis au sein des deux organisations. De nombreuses résolutions ont marqué ce nouveau départ.

Axé autour des défis sécuritaires entre les deux sous régions,  ce sommet a accouché à l’issue des échanges, une déclaration relative aux sujets abordés. Le document final titré « Déclaration de Lomé sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans la CEDEAO et la CEEAC »  présente un ensemble d’actions à mener pour relever le défi sécuritaire au sein des deux sous régions concernées.

Tout d’abord, les chefs d’Etat de la CEDEAO et de la CEEAC  se sont engagés, à l’issue dudit sommet à se concerter pour toute question de paix et de sécurité de leurs sous-régions  respectives sur une périodicité annuelle.

Le raffermissement de la coopération sécuritaire entre la CEDEAO-CEEAC marquée par une plaidoirie pour un soutien massif de la communauté internationale est également l’une des grandes résolutions de ce 30 juillet.

Sur la base des « acquis de la coopération entre la CEDEAO et la CEEAC dans les domaines de la sécurité et la sûreté à travers le Centre interrégional de coordination» issu des décisions du Sommet conjoint du 25 juin 2013 à Yaoundé (au Cameroun sur la sécurité maritime), les deux communautés comptent désormais avoir également une vision partagée des menaces ainsi qu’une approche commune des solutions à y apporter.

Par ailleurs, les Chefs d’Etat de la CEDEAO et de la CEEAC ont décidé de mettre sur pied un Comité ministériel de suivi de la «Déclaration de Lomé». Ce Comité doit se réunir une fois par an pour examiner les avancées dans la mise en œuvre des décisions adoptées dans le consensus de Lomé.

Ce consensus né du huis-clos présidentiel du 30 juillet 2018 de la situation sécuritaire dans les deux sous-régions établit l’engagement des Chefs d’Etat «à coopérer pour mettre sur pied un Mécanisme d’alerte précoce ouvert à la société civile, aux femmes et aux jeunes» des deux sous-régions pour porter un regard critique sur leur gouvernance politique qui mettrait en péril les acquis régionaux ou interrégionaux de paix et de sécurité.

Notons que le Tchad est le pays qui accueillera le prochain Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC prévu pour 2020.

Source: togotopinfos.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »