Accueil / A la Une / Sommet de l’UA : Moussa Faki Mahamat dénonce les « coups d’État rampants »  

Sommet de l’UA : Moussa Faki Mahamat dénonce les « coups d’État rampants »  

Partagez ceci :

Le double sommet de l’Union africaine de Malabo s’est achevé samedi 28 mai, au soir. Si dans la foulée, aucune mesure spectaculaire n’a été annoncée, il y a tout de même une volonté de mettre en application de nombreuses mesures prises depuis longtemps et qui n’ont jamais été mises en application.

Les chefs d’États ont focalisé leur attention d’abord sur le terrorisme, devenu aujourd’hui une menace existentielle pour une partie de l’Afrique, et ils se sont voulus réalistes.

Le deuxième sujet de préoccupation du Sommet de Malabo, c’est ce que l’UA appelle « les changements anticonstitutionnels de gouvernement », qui se sont multiplié ces derniers temps en Afrique de l’Ouest, au Mali, en Guinée, au Burkina Faso ou encore au Tchad, au centre de l’Afrique.

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat n’a pas également hésité à dénoncer « les coups d’État rampants » que sont « les modifications de constitutions aux fins de confiscation du pouvoir », qui peuvent conduire à « des coups d’État ou à des révoltes populaires ».

Enfin, le sommet a appelé « au retrait immédiat et inconditionnel des mercenaires étrangers du continent » africain.

Un clin d’œil sans doute aux paramilitaires russes du groupe Wagner, présents notamment en Centrafrique et au Mali.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »