Accueil / A la Une /  Sommet Etats-Unis Afrique : voici les premiers sujets abordés par les chefs d’Etat          

 Sommet Etats-Unis Afrique : voici les premiers sujets abordés par les chefs d’Etat          

Partagez ceci :

Paix, sécurité et  bonne gouvernance étaient au menu des échanges lors de la première journée des travaux du Sommet Etats Unis Afrique à Washington.

Au moins trois chefs d’Etats ont abordés les mêmes sujets hier, lors de la première journée du Sommet Etats Unis Afrique qui se tient à Washington. Les présidents du Niger, de la Somalie et du Mozambique ont ensemble abordé les sujets sur l’insécurité, le changement climatique, la raréfaction des ressources renforcée par une démographie galopante et par la mauvaise gouvernance.

Le président nigérien Mohamed Bazoum  a sollicité  lui, l’aide des Etats Unis pour financer l’éducation des jeunes, et notamment des jeunes filles, après avoir remercié ses interlocuteurs américains pour l’excellence de leur aide militaire.

À son tour, le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat explique que c’est la cause première du terrorisme qui entraîne et souvent et sert de prétexte aux prises de pouvoir anticonstitutionnelles. Il ajoute que les deux phénomènes se nourrissent mutuellement et que c’est à la base qu’il faut les combattre.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a expliqué qu’il veut d’abord écouter les demandes des Africains et ensuite y répondre. Il a par ailleurs rassuré que  les besoins de sécurité à court terme de leurs partenaires seront aussi assumés.

La société civile qui est présente à ce sommet a également pris la parole. Fred Bauma, le militant de la Lucha qui dirige aussi le think tank Ebuteli en RDC, estime que la société civile a beaucoup à apporter dans un sommet comme celui de Washington. « La grande question que je me pose, c’est quelle est réellement la considération que ce genre d’organisation donne au rôle que la société civile peut jouer dans la détermination de ce que peuvent être les relations entre les États du nord et du sud », se questionne-t-il.

Et pendant ce temps, plusieurs petits groupes ont manifesté à proximité du centre où se tient le sommet. Des Éthiopiens venus dénoncer le conflit au Tigré, des Ougandais contre le président Yoweri Museveni ou encore des Congolais venus dénoncer « l’hypocrisie de la communauté internationale » concernant le conflit dans l’est de la RDC.

D’autres événements se tiennent en marge, comme un forum de la société civile. L’occasion pour elle de rappeler son importance dans de nombreux pays. Et pour les États-Unis, de montrer qu’ils prennent en compte les questions de gouvernance.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »