Accueil / Afrique du Nord / Soudan : signature d’un premier accord pour le transfert du pouvoir aux civils
Abdel Fattah al-Burhan

Soudan : signature d’un premier accord pour le transfert du pouvoir aux civils

Partagez ceci :

Après un an de négociation, un début d’accord-cadre politique vient d’être trouvé le mardi 6 décembre entre la société civile et les dirigeants militaires pour mettre fin à l’impasse politique et instituer une autorité civile de transition de deux ans au Soudan. 

Cet accord pourrait ouvrir une nouvelle phase pour le Soudan, bien que contesté dans les rues de Khartoum par divers groupes qui boycottent toujours des négociations avec les militaires, ainsi que par des factions islamistes,face aux forces de sécurité qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, apparemment sans faire de victimes, du moins cette fois.

Dans le même temps, des représentants de l’Alliance des forces de la liberté et du changement, du Front révolutionnaire, d’autres organisations politiques, des syndicats de travailleurs et des organisations de la société civile ont signé l’accord au nom des forces politiques.

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a pour sa part déclaré que l’accord « ouvre la voie au retour à une transition politique dirigée par des civils » et a invité tous les Soudanais « à travailler sans délai dans la nouvelle phase du processus de transition en relevant les plus grands défis , afin de parvenir à une entente politique durable et inclusive ».

Après la signature de l’accord, Abdel Fattah al-Burhan, chef de la junte putschiste, a déclaré « qu’il reviendrait aux civils de guider la politique intérieure et étrangère du gouvernement ».Un Premier ministre civil devrait être nommé pour conduire une transition de deux ans.

En rappel, le Soudan a traversé 30 ans de dictature sous Omar El Béchir, avant d’être destitué par une révolution  en avril 2019 et un pouvoir civil démocratique avait été instauré. Mais le 25 Octobre 2021 un putsch militaire conduit par le général Burhane  a mis fin au partage du pouvoir entre l’armée et la coalition des Forces pour la liberté et le changement « FFC». Depuis lors, le Soudan n’a plus ni Premier ministre, ni gouvernement, ni parlement.      

Pathy Kan

  




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »