Tanzanie : La limitation des naissances, un frein à la croissance économique selon le président

Partagez ceci :

John Magufuli, le chef de l’Etat tanzanien encourage les femmes de son pays à procréer afin de favoriser la croissance du pays. Il appelle les femmes à arrêter la contraception.

Le président tanzanien prend le contre-pied des recommandations organisations internationales en matière de planning familial. Il estime de sa part que pour avoir une bonne croissance économique le taux de natalité doit être élevé. Pour cela, les Tanzaniennes devraient avoir davantage d’enfants.

Selon Africanews, la philophie du dirigeant tanzanien est simple, plus la natalité sera élevée, plus la main-d’œuvre locale aidera à dynamiser l‘économie du pays l’aidant ainsi à devenir une puissance régionale. M. Magufuli en veut pour preuve le cas de la Chine. « Lorsque vous avez une population nombreuse, vous construisez votre économie. C’est la raison pour laquelle l’économie de la Chine est si importante », a-t-il déclaré mardi soir, citant également les exemples de l’Inde et du Nigeria comme bénéficiant d’un dividende démographique.

« Je sais que ceux qui aiment les contraceptifs vont se plaindre de mes propos. Libérez vos ovaires, laissez-les bloquer les leurs », a-t-il déclaré mardi lors d’une réunion à Chato, sa ville d’origine. John Magufuli n’en était pas à son premier fait d’armes. En septembre 2018, il avait soutenu pareille position.

Notre source indique que la croissance économique de la Tanzanie s‘établit actuellement entre 6 et 7 %. Un rythme soutenu emmené par la politique d’industrialisation initiée par le président Magufuli depuis son arrivée au pouvoir en 2015. Mais le pays de quelque 55 millions d’habitants est encore loin d’avoir endigué la pauvreté. Si elle a régressé de 26 % en 2016, le nombre de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté reste relativement élevé. Et selon la Banque mondiale et l’UNFPA, cela est dû au taux de croissance démographique élevé.