Taribo West : la nouvelle vie de la star nigériane

 

Taribo West fait partie de la belle histoire du football nigérian. C’est l’une des têtes de proue de la génération dorée du début des années 90. Un footballeur atypique qui évoluait au poste de défenseur central. Rugueux, monstre de puissance, doté d’une très bonne palette technique, très rapide, le Nigérian a été durant sa carrière, un stoppeur d’exception, craint par de nombreux attaquants.

Cadre de l’équipe du Nigeria durant de nombreuses années, il a écrit les plus heures de la sélection des Super Eagles avec Jay Jay Okocha, Nwanko Kanu, Victor Ikpeba, Sunday Oliseh entre autres. À l’époque la colonne vertébrale de l’équipe du Nigeria était constituée de joueurs d’exception et Taribo West régnait en maître absolu au sein de la charnière centrale nigériane.

Ses coupes de cheveux extravagantes, notamment ses célèbres mèches de couleur verte qu’il arborait sur le terrain ont contribué à faire sa renommée au plus haut niveau.

Depuis 2008 , le puissant défenseur a mis un terme à sa carrière. Alors qu’il avait envisagé une reconversion dans le milieu du football, le nigérian a choisi un tout autre domaine. Une surprise d’ailleurs.

Désormais au service de Dieu

Taribo West est actuellement Pasteur. Il a d’ailleurs fondé sa propre église, la  » Shelter in the Storm Miracle Ministries », qui est basé à Lagos. Si beaucoup sont surpris de ce retournement, l’ancien international nigérian estime que cette décision de consacrer désormais sa vie à la religion l’a sauvé de nombreux tourments.

De sa position et son expérience, Il dénonce désormais la pratique de la sorcellerie et du mysticisme dans le milieu du football, qui est très répandu aujourd’hui selon son constat. L’ancien joueur du Milan a reconnu lui-même avoir eu recours à des pratiques occultes durant sa carrière pour booster ses performances.

«  Du temps de ma carrière, lorsque j’étais dans l’ignorance, j’avais l’habitude de recourir à des mallams et des babalawos (médecins traditionnels) afin qu’ils fassent des fétiches pour nous, que nous emmenions au camp de l’équipe nationale. Parfois cela marchait, parfois non. Dans certains clubs, avant chaque match, le président vous donne un fétiche porte-bonheur pour jouer. Ils vous disent de le mettre dans les chaussures ou les chaussettes. Il y a des entraîneurs qui font appel aux sorciers africains et aux voyants du Sénégal, du Burkina Faso, du Congo et même du Nigeria. Cela marche pour ceux qui y croient. Je l’ai vu, j’en ai fait l’expérience. J’ai été avec les joueurs qui l’ont utilisé et je l’ai utilisé. Donc, pourquoi les gens le nient ? Il y a des fétiches et des rituels dans le football. Cela existe toujours » confie-t-il dans un entretien au magazine Punch.

Après toutes ces pratiques, l’ancien joueur a décidé de se convertir et confier sa vie au seigneur. Et selon lui tout est parti d’une rencontre :  » Le déclic a eu lieu lorsque j’ai croisé l’évangéliste Patience Ikemefuna, à Milan. Dieu l’a utilisé pour changer ma vie, qui n’est désormais plus la même. J’ai rencontré Dieu et je suis né à nouveau. J’ai découvert que les pouvoirs mystiques sont en fait impuissants. C’était juste un moyen de nous prendre de l’argent. J’étais dans l’ombre. »

Malgré ses révélations, tout porte à croire qu’il reste une grande légende du football de son pays. Pour réussir, au-delà du mysticisme, il a dû préalablement compter sur son potentiel et son abnégation au travail pour réaliser sa belle carrière de footballeur.

Aujourd’hui, l’ancien mur infranchissable des Super Eagles souhaite être un relais auprès de la nouvelle génération de footballeurs, en les sensibilisant sur les effets pernicieux de l’utilisation de la sorcellerie comme moyen de réussite dans leur carrière. Le pasteur West est désormais un nouvel homme, ses célèbres mèches ont disparu. Aujourd’hui, il se dit « être en paix avec lui-même. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *