Home / A la Une / Tchad : Idriss Déby, 30 ans d’exercice de pouvoir après un coup d’État

Tchad : Idriss Déby, 30 ans d’exercice de pouvoir après un coup d’État

Partagez ceci :

1er décembre 1990 – 1er décembre 2020. Trente ans jour pour jour que Idriss Déby accédait à la magistrature suprême suite à un coup d’État renversant Hissène Habré. Elevé l’été dernier au rang de maréchal, le dirigeant tchadien s’accroche au pouvoir. Et malgré les contestations politiques, son régime semble solidement installé. Son bilan, sur le plan institutionnel, est sujet à débats. Détails avec nos confrères de RFI.

30 ans après

Pour les sympathisants du Mouvement patriotique du salut (MPS), le 1er décembre 1990 marque un vent de liberté, après plusieurs années de dictature sous Hissène Habré.

Depuis, de nombreuses réformes ont été faites pour introduire une forme d’ouverture des institutions, comme le souligne Abderrahmane Djasnabaille, un des ténors de la majorité présidentielle : « Les fondamentaux de la démocratie sont là : la Constitution, la diversité au niveau associatif, il y a une multitude de médias… Donc, tout ça, ce sont des choses que nous avons pensées au départ. Et aujourd’hui, c’est une réalité ».

L’opposition dénonce, à l’inverse, une myriade de modifications institutionnelles de nature à compromettre le jeu démocratique : suppression de la primature, du Conseil constitutionnel et de la Haute Cour de Justice.

Trente ans plus tard, c’est toujours un régime militaire qui prévaut, dénonce Salibou Garba, leader de l’opposition, pour qui la nouvelle Constitution de 2018 marque une régression de plus.

« De tripatouillages en modifications, on a vidé la Constitution de sa substance. On a enlevé le Sénat. La décentralisation qui devait être mise en place ne l’a pas été, et finalement le verrou limitant le nombre de mandats a sauté… On a fini par changer la République en instituant une sorte de monarchie ».

Sur le plan économique et social, le pays n’a pas connu de progrès majeurs, souligne cet opposant, inquiet par la récurrence de conflits intercommunautaires.

Malgré cela, le MPS prône la continuité et est déjà en ordre de bataille pour la présidentielle de 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »