Accueil / A la Une / Tensions entre la RDC et le Rwanda: les États-Unis s’y mêlent

Tensions entre la RDC et le Rwanda: les États-Unis s’y mêlent

Partagez ceci :

Les tensions entre la RDC et le Rwanda ont été au coeur d’une visite du ministre congolais des Affaires étrangères aux États-Unis. Washington souhaite une solution diplomatique entre les deux pays d’Afrique.

Dans un entretien mercredi avec son homologue congolais Christophe Lutundula, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a plaidé pour une solution diplomatique aux tensions croissantes entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Les Etats-Unis veulent soutenir « la paix et la sécurité et la stabilité dans l’est de la RDC, qui est confronté à certains défis« , a-t-il déclaré à l’ouverture d’une réunion avec son homologue congolais.
« Nous voulons vraiment soutenir les importants efforts africains en cours« , a-t-il ajouté.

Il a notamment salué les discussions qui se sont tenues en avril entre le gouvernement congolais et des groupes rebelles à Nairobi, au Kenya, dans le cadre d’une nouvelle initiative pour tenter de mettre fin à plus d’un quart de siècle de violence.

Le M23, la pomme de discorde

Depuis quelques jours, la RDC accuse régulièrement le Rwanda de soutenir le groupe rebelle M23 qui a repris des attaques dans l’est de la République du Congo. Depuis lundi, des manifestations ont lieu au Congo pour exiger la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Certains vont même jusqu’à demander le renvoi de l’ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa.

Réponse du berger à la bergère, les autorités rwandaises mettent en garde Kinshasa contre ce qu’elles considèrent comme la ligne rouge à ne pas franchir, notamment les tirs de l’armée congolaise qui, selon elles, ont atterri ces dernières semaines sur le sol rwandais.

Le président en exercice de l’Union Africaine, Macky Sall, a récemment plaidé pour une désescalade des tensions entre les deux voisins.

Christophe Lutundula, qui a remercié le gouvernement américain pour ses efforts, avait participé mardi à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU lors de laquelle Washington avait exhorté à mieux protéger les civils et à rechercher « une solution diplomatique« .




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »