Terrorisme en Afrique, cette bombe à retardement pour le monde

Partagez ceci :

Que ce soit en Libye, au Mali, au Niger, au Cameroun ou encore au Burkina Faso, le terrorisme prend de l’ampleur sur le continent africain. Une ampleur qui par ricochet présente de graves implications pour la paix et la sécurité dans le monde, selon le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.


« Nous voyons des réseaux terroristes se propager dans toute la Libye et l’Afrique du Nord, s’étendre à travers le Sahel jusqu’à la région du Lac Tchad et apparaître en République démocratique du Congo et au Mozambique.

C’est une bataille que nous ne sommes pas en train de gagner. Nous devons prendre conscience que les répercussions de la crise en Libye s’intensifient et se propagent dans toute la région, avec des armes et des combattants qui traversent sans cesse les frontières », a déclaré le secrétaire générale lors d’une réunion du Conseil consacrée à la paix et à la sécurité en Afrique.


Pour ce dernier, la lutte contre le terrorisme ne peut en aucun cas se limiter à une approche sécuritaire. « Le développement durable et inclusif est un but en soi. C’est aussi le moyen le plus efficace de traiter les causes profondes des conflits, de l’extrémisme et du terrorisme », a-t-il rappelé.


Il faut souligner que pratiquement chaque semaine, les groupes terroristes font des victimes malgré les multiples dispositions sécuritaires qui sont pris çà et là.