Home / A la Une / Togo: « 5 ibos lynchés à Hedzranawoe », Yark dénonce du faux dans l’affaire

Togo: « 5 ibos lynchés à Hedzranawoe », Yark dénonce du faux dans l’affaire

Partagez ceci :

Livrés à une vindicte populaire, cinq ibos (ressortissants nigérians) auraient pu trouver la mort lundi dernier, n’eut été l’intervention des forces de l’ordre. Pour cause, selon les témoins de la scène, ils auraient ôté la vie à une jeune fille togolaise. Une version complètement fausse, a révélé ce lundi, Yark Damehane, ministre de la Sécurité et de la protection civile.

Intervenant ce lundi matin sur Victore Fm, une radio privée de la capitale, le ministre de la Sécurité, le général Damehame Yark a révélé que la fille togolaise prise pour assassinée n’est aucunement morte. Pis, elle est une copine de l’un des Ibos.

« La fille a son copain qui est Nigérian. Personne n’est au courant de ce qui se passe entre les deux. Selon les témoignages, elle a passé la nuit avec le Nigérian. Le lendemain, peut-être il n’avait rien donné, elle va alarmer ses frères pour dire qu’elle a été violentée. Au départ, on nous avait même dit qu’elle a été poignardée. Ceux qui ont fait irruption chez les Nigérians n’ont même pas cherché à comprendre. C’est après qu’on se rend compte que c’est une fausse information qu’elle a donnée à ses frères, ce qui n’est pas normal », a-t-il regretté.

A en croire le ministre de la sécurité, l’un des bourreaux est déjà aux arrêts et les autres sont en train d’être recherchée, la fille y compris.

« Il faut qu’elle réponde. Nous avons aussi nos compatriotes dans d’autres pays, on ne va pas permettre qu’on agresse les citoyens des autres pays qui sont chez nous sans motif », a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter: « La loi est là pour tout le monde. Elle ne regarde pas de quelle nationalité on est avant qu’elle ne s’applique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »