Home / Affaires / Togo : à la découverte de l’Institut National de Formation Agricole de Tové

Togo : à la découverte de l’Institut National de Formation Agricole de Tové

Partagez ceci :

Le Togo dispose d’un institut qui forme des spécialistes dans le domaine des techniques culturales : INFA de Tové (Institut National de Formation Agricole) situé à l’entrée de la ville de Kpalimé. Créé en 1980, cet institut forme des étudiants du niveau Bac et BEPC, en vue de l’obtention du Diplôme de Technicien Supérieur Agricole (DTSA), et de Brevet de Technicien Agricole (BTA).

Les jeunes qui fréquentent cet institut, sont formés en foresterie, en élevage, en génie rural, en agriculture.

« Ce sont des jeunes qui doivent être aptes à s’installer, à pousser le monde privé vers une grande évolution. Nous formons aussi des professionnels agricoles, les gens déjà installés.  Nous renforçons leurs capacités, les recyclons pour qu’ils soient plus performants dans leurs prestations. L’INFA est tenu de renforcer les capacités pédagogiques des différents centres qui sont installés dans tout le territoire. L’institut fait des recherches au niveau de l’agriculture, de l’élevage pour que pussions rendre plus performants les différentes cultures et l’élevage », a indiqué le directeur général Dr Kokouvi SOEDJI.

En 2OO2, l’institut à absorbé 334 BTA et 429 DTSA avec 83,42% de réussite. « Depuis environ 13 ans, on peut dénombrer déjà 334 jeunes qui ont obtenu le BTA dont 70 filles, et au niveau de BTSA, 429 formés dont 38 filles. Globalement, le taux de réussite est de 83,42%. Nous administrons des cours théoriques, et après quoi, nous allons sur le terrain. Sur le terrain, le travail se fait de deux manières : le suivi d’application pédagogique en élevage, en foresterie, en agriculture. Nous avons des unités, c’est-à-dire des dispositifs qui permettent à l’apprenant de mieux manipuler sur le plan pratique ce qu’on est en train de lui enseigner. Nous avons des grands périmètres hors du site, environs 30 km pour la pratique, quelque soit la spécialité », a encore ce dernier.

Un institut confronté aux difficultés

Les besoins de l’institut sont très urgents. L’Institut a besoin d’un groupe électrogène, l’installation des panneaux solaires, de l’élargissement de certaines locales, d’adduction d’eau potable, l’augmentation du nombre de véhicules (les étudiants manquent de bus pour leurs déplacements, il n’y a qu’un seul véhicule pour le directeur) et d’hébergement pour les étudiants, car la plupart est obligée de louer des chambres en ville. Il y a beaucoup de besoins, qu’il sera fastidieux de les citer tous ici.

Ceci l’emmène à recourir aux partenaires. Pour le moment, le GIZ, un organisme allemand, est le seul à répondre à la demande. Le GIZ a aidé à la construction et à l’équipement du bâtiment de l’unité de transformation. La capacité des locaux, les salles de classe, les différentes unités, sont devenus très restreint. L’Internet qui constitue la base, est absent, ce qui rend difficile les communications avec le monde extérieur. Les coupures de l’électricité sont répétitives, etc.

Le concours d’entrée à l’INFA de Tové est organisé par la Direction des Examens et Concours. Le niveau requis est le BEPC pour le BTA, et le Bac pour le DTSA. Le recrutement ne doit pas dépasser 70 pour les deux niveaux.

Ce n’est pas un hasard si Kpalimé est la première destination des touristes du Togo. La préfecture en elle-même est un site touristique et bénéficie d’un climat favorable à son développement. Néanmoins, le secteur est en déliquescence et caractérisé par un défaut de professionnalisme criard. Les autorités administratives et certains acteurs agrées du secteur, ont depuis peu pris à bras le corps les problèmes qui minent le secteur afin de définir des stratégies pour ne capitalisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »