Home / A la Une / Togo: Atchadam semble « enfin » trouver ce qui manque à la lutte

Togo: Atchadam semble « enfin » trouver ce qui manque à la lutte

Partagez ceci :

Figure de proue de la lutte pour l’alternance politique au Togo, Tikpi Atchadam est connu pour son mérite: celui d’avoir sévèrement secoué le régime de Faure Gnassingbé, avec sa gigantesque manifestation du 19 août 2017. L’objectif étant d’obtenir l’alternance au sommet de l’État, le leader du PNP n’entend pas se reposer avant d’obtenir gain de cause. Afin de réussir, un agenda est préétabli. Si les actions déjà menées n’ont pas permis de renverser le pouvoir de Lomé, les responsables du parti à l’emblème au cheval, estiment que c’est le moment de jouer les dernières cartes.

Et bien, tout le plan est contenu dans une dite « Déclaration de Tchamba » datant de 2016. Tikpi Atchadam, faut-il aussi le rappeler, avait dans sa sortie de début d’année, lui-même annoncé la dernière étape de la Déclaration de Tchamba, dont la finalité est d’éloigner Faure Gnassingbé du pouvoir au plus tard en 2020.

«Nous serons bien obligés de dérouler la déclaration de Tchamba jusqu’à la victoire finale. La lutte continue, notre force, c’est le nombre du peuple en lutte, il revient à toi qui as tué le serpent, de lui couper la tête. Qui peut le plus, peut le moins. Le moment est venu de donner à la lutte ce qui lui manque, sa généralisation à l’ensemble du territoire national sans exclusive », avait-il laissé entendre.

A la réunion hebdomadaire du PNP du samedi dernier à Lomé, Tchatikpi Ouro-Djikpa a indiqué que la première étape de cette déclaration a commencé le 24 décembre 2016 et a consisté à demander au chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé d’organiser une transition pour l’opérationnalisation des réformes constitutionnelles, institutionnelles et sanctionnée par des élections au cours desquelles il n’est pas candidat. Étant resté non réceptif à ces appels, le PNP s’est vu obligé de passer à l’étape suivante.

Cette dernière, selon M. Ouro-Djikpa a démarré le 19 août 2017 avec de grandes manifestations de rues à travers lesquelles le peuple togolais a exigé le retour à la constitution de 1992, dans sa version originelle et avec l’effectivité du vote de la diaspora. Le pouvoir de Faure Gnassingbé s’étant montré de mauvaise foi, le PNP compte passer à l’étape supérieure.

« L’étape 3 commence lorsque les 2 premières étapes ne seront pas suffisantes. Nous supposons que nous sommes en 2020 et que Faure Gnassingbé est candidat. Là il a donc piétiné la queue de la vipère. Nous allons mettre tout le pays debout et de façon permanente jusqu’à ce qu’il ne se retire de la course », dévoile Tchatikpi Ouro-Djikpa.

A en croire le responsable du PNP, cette étape consistera à multiplier les localités de manifestations par 100 et le pouvoir sera « naturellement débordés et finalement anéantis ».

« Si tout le monde se met debout, le tour est joué. Cela s’appelle le maillage des forces de contestation. Lorsque tous les foyers seront en ébullition, on ne peut qu’avoir le résultat escompté, c’est-à-dire l’alternance au sommet de l’Etat, le changement démocratique et le développement économique », a-t-il insisté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »