Umalis Group
Home / A la Une / Togo/Concours nationaux: a quoi servent ces frais de dossiers exorbitants?

Togo/Concours nationaux: a quoi servent ces frais de dossiers exorbitants?

Partagez ceci :

Au Togo, la constitution d’un dossier administratif pour un concours national n’est pas chose aisée. Bien que le gouvernement fait des efforts pour réduire la lourdeur administrative, les frais de ces documents restent chers, surtout pour les chômeurs.

Conscient de ce fait, le Mouvement Martin Luther King monte au créneau en déplorant les frais excessifs et onéreux imposés par l’État aux chômeurs et aux sans emploi et appelle à supprimer la quittance de 5000f.

«Alors que  l’État entend et même dit se soucier de la jeunesse sans emploi en résorbant le chômage à travers un concours national de recrutement de fonctionnaires, il est souvent triste voire regrettable de constater avec tristesse que les frais des dossiers énumérés ci-haut, sont loin d’être justifiés encore moins motivés et nul ne connaît leur destination.

Au même moment, des structures privées tant nationales qu’internationales sur place, se prêtent au même exercice sans  contraintes financières », constate le mouvement dans un communiqué rendu public jeudi.

Cette réalité indigne le mouvement de Edo Koami au point où il se demande si ‘’l »État serait-il en train d’escroquer subtilement et de dépouiller ses propres citoyens déjà vulnérables ? S’il est  évident et acceptable que les candidats doivent légaliser les pièces indispensables, à quoi servent alors une lettre de motivation timbrée à 500 F et une quittance de 5000 F ? Est-ce honnêtement une opportunité pour sortir la jeunesse de la précarité et de l’indigence si l’on sait que le coût de vie au Togo ne garantit pas à un sans-emploi la possibilité de rassembler facilement près ou plus de 10.000 F pour les frais de dossiers ? »

Pour le mouvement l’idéal, après tout, aurait été, dans ces circonstances, de prendre des mesures spéciales pour alléger la tâche aux citoyens avec « TIMBRE DOSSIER CONCOURS À 100 F » et CASIER JUDICIAIRE délivré au lieu de résidence et non au lieu de naissance. Aussi, la quittance de 5000 F est-elle une exigence superflue dont l’État doit s’exempter pour prouver le caractère non lucratif de ses concours.

Le MMLK appelle instamment le gouvernement à supprimer, cette fois-ci, purement et simplement, au moins, la quittance de 5000 F pour  permettre aux jeunes qualifiés de toutes les couches sociales de participer audit concours national et de n’exclure personne.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »