Accueil / A la Une / Togo: Gilbert Bawara gonfle les rangs des chômeurs

Togo: Gilbert Bawara gonfle les rangs des chômeurs

Partagez ceci :

Le gouvernement togolais est bien droit dans ses bottes, fidèle à sa politique du bâton. 112 enseignants togolais perdent définitivement leur emploi. Ainsi en a décidé Gilbert Bawara, ministre en charge de la Fonction publique. 

La décision de licenciement de ces enseignants grévistes a été prise le lundi 25 avril 2022. Tous faisaient partie du groupe d’enseignants ayant été retirés des classes fin mars et début avril pour être reversés dans d’autres services de l’administration.

Près d’un mois après, Gilbert Bawara passe à la vitesse supérieure. Les 112 enseignants sont « révoqués » ou « licenciés pour « manquements graves » aux textes régissant leur profession, selon les termes des 4 décrets pris par le ministre qui précise que 26 autres enseignants sont rétablis dans leurs fonctions et six autres exclus temporairement.

Il leur est reproché notamment « des actes d’incitation à la violence, à la désobéissance et la révolte ». En cause: des « perturbations en milieu scolaire dans certaines localités » lorsque des élèves étaient sortis de leurs établissements au début du mois pour demander le retour de leurs professeurs.

Le SET ne désarme pas

Tout est parti d’un mot d’ordre de grève lancé par le Syndicat des enseignants du Togo (SET). Une grève largement suivie par des enseignants du primaire et du secondaire qui réclament de meilleures conditions de vie et de travail. Pour le gouvernement, le SET est un syndicat “illégal” et donc illégitime pour être son interlocuteur.

Après la démission de leurs fonctions de 1400 directeurs d’école par le ministre en charge des enseignements primaire et secondaire, le SET n’a pas désarmé. Il a appelé à de nouveaux mots d’ordre de grève. Pour le gouvernement, c’en était de trop.

Des enseignants grévistes avaient alors été interpellés et jetés en prison; trois y sont toujours. Le secrétaire général du SET, Kokou Mawouegna, affirme ne pas se décourager. « Dans toute lutte, on laisse des plumes. » Le syndicat examine ses voies de recours.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »