Accueil / Affaires / Togo: l’Etat togolais ne renouvellera pas la concession de l’Hôtel Palm Beach

Togo: l’Etat togolais ne renouvellera pas la concession de l’Hôtel Palm Beach

Partagez ceci :

La maison hôtelière de Lomé, Palm Beach, va déposer les clés sous le paillasson. Ce qui n’était que rumeur jusqu’en milieu de semaine dernière, a fini par devenir clameur. Si certains journaux de la capitale togolaise ont vite fait le lien avec la crise socio-politique qui secoue le pays depuis six mois, et qui aurait déteint sur les fréquentations hôtelières, après recoupements, la raison est ailleurs.

En effet, des sources d’un ancien conseil de la famille Tabchoury, propriétaire de l’Hôtel Palm Beach, jusqu’à récemment, la fermeture de la bâtisse est liée à la fin de son contrat de concession avec l’Etat togolais. Comme il l’avait fait en 2014 avec le groupe Accor qui exploitait l’hôtel Sarakawa sous l’enseigne Mercure, le gouvernement n’a pas renouvelé, en début d’année, le contrat portant sur l’exploitation dudit hôtel.

Selon nos informations, les Tabchoury, concessionnaires de l’hôtel, se sont vu notifier la décision en début d’année. Faute d’accord sur le nouveau contrat, la famille libanaise a jusqu’à la fin du mois d’avril pour débarrasser le plancher. L’exécutif trouvait, à un moment donné, le contrat « obsolète », nous informe-t-on.

Mais pas seulement. Notre avocat renseigne qu’à côté des nouveaux termes de contrats qui n’ont pu trouver entente, l’Etat n’avait plus en face de lui un interlocuteur fiable. Il est apparu dans ce dossier que la famille Tabchoury se disputait la gestion de l’Hôtel.

Concédée à leur défunt père, Samir Tabchoury, au début des années 2000 pour une certaine durée, la gestion de l’Hôtel Palm Beach a été confiée à la mort de ce dernier à l’une de ses filles, Myrna Tabchoury.

Le bâtiment devrait rester propriété de l’État, avec une nouvelle concession privée pour la gestion et l’exploitation de l’hôtel. Nous apprenons qu’il reviendra à un cabinet d’expertise locale d’auditer l’ensemble des compartiments de l’établissement.

Le gouvernement chercherait un repreneur stratégique qui assumera le plan social qui concerne une centaine d’employés, chiffré à plusieurs millions de francs CFA. Des noms de potentiels repreneurs apparaissent déjà pour assurer l’exploitation de l’établissement.

Située en pleine ville de Lomé, L’Hôtel Palm Beach bénéficie d’une belle côte auprès d’agence de voyages. Non loin de l’océan Atlantique, l’établissement est bien noté par le célèbre site de voyages booking.com. Classé 4 étoiles, TripAdvisor lui gratifie d’une note de 3,5/5.

Vieillissant, faute de travaux d’entretiens, avec un personnel démotivé, l’hôtel subissait une concurrence farouche des autres groupes hôteliers de la capitale.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »