Accueil / A la Une / Travail décent: le Togo s’arme pour une protection sociale « plus inclusive »

Travail décent: le Togo s’arme pour une protection sociale « plus inclusive »

Partagez ceci :

Mines, Zone Franche, BTP, travailleurs domestiques…les conditions de travail laissent à désirer dans ces secteurs d’activité au Togo. Contrats à durée déterminée à répétition sur une longue durée, licenciement abusif, salaires dérisoires, pas de déclaration à la CNSS, droits des travailleurs mis à rude épreuve, etc. Bref le volet de protection social est quasiment inexistant. Ce tableau très peu reluisant, est dressé par l’Ong Solidarité et Action pour le Développement Durable (SADD) qui appelle le gouvernement togolais à la mise en application effective de la Convention 102.

D’entrée de jeu, il faut souligner que la non-ratification par le Togo d’un certain nombre de conventions de l’OIT, pose un énorme souci en matière de travail décent.

Il s’agit notamment des conventions 155 de l’OIT sur la sécurité et santé au travail, 167 concernant la sécurité et santé dans le secteur bois et bâtiments, 176 concernant la sécurité et santé dans les mines et la 189 concernant les travailleurs domestiques.

Pour la convention 102 de l’OIT qui définit les paramètres fondamentaux de la sécurité sociale dont le seul objectif est d’assurer aux bénéficiaires et à leurs familles des conditions de vie saines et décentes tout au long de l’éventualité couverte, Yves Komlan Dossou, le coordonnateur de l’Ong SADD a rappelé qu’elle a été ratifiée par le Togo mais « la mise en application de cette convention rencontre plusieurs difficultés ».

En vue de mener des actions politiques dans ce sens, ladite Ong s’est donnée pour mission de renforcer les capacités des organisations membres du réseau national multi acteurs de protection sociale ( RNMAPS) du Togo sur le contenu des conventions 102 et 189 de l’OIT.

C’est ainsi qu’une trentaine de responsables des organisations membres du réseau national multi acteurs de protection sociale du Togo bénéficient depuis jeudi 13 juin 2019 à Lomé, d’une formation à travers un séminaire atelier sur le contenu des conventions sur les conventions précitées.

Au sortir de cette rencontre, souligne Soulima Niwa, point focal du RNMAPS du Togo, « nous pourrons ainsi contribuer au plan national à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi-évaluation des politiques de protection sociale et de mener des actions de plaidoyer pour la jouissance effective des mesures prises en faveur des groupes cibles ».

Selon le Bureau International du Travail (BIT), la protection sociale est « un ensemble de mesures conçues pour garantir à tous, en particulier les groupes vulnérables, une sécurité du revenu et un accès aux services sociaux essentiels ainsi que pour protéger les individus et les rendre autonomes tout au long de la vie ».

A noter que l’organisation de cet séminaire-atelier qui s’achève vendredi, a été rendue possible grâce à l’appui financier de l’Ong belge Solidarité Mondiale (WSM).





Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »