Home / Africa top success / Zimbabwe: Robert Mugabe sort de son mutisme et s’en prend à son successeur

Zimbabwe: Robert Mugabe sort de son mutisme et s’en prend à son successeur

Partagez ceci :

Trois mois après sa démission, Robert Mugabe rompt le silence. L’ancien Président zimbabwéen a évoqué les raisons de sa démission en novembre 2017. C’était à l’occasion d’une visite que Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine lui a rendu.

Il en a profité pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à jeter l’éponge. Mugabe estime de l’avoir fait pour éviter que son pays ne sombre dans un conflit sanglant.

C’est donc l’entretien avec le président de la commission de l’UA  qui permet de comprendre l’état d’esprit de l’ancien dirigeant. « Nous avons échangé des points de vue, je l’ai trouvé très lucide et il a aussi expliqué pourquoi il avait démissionné, c’est pour la paix et le développement du pays … », a indiqué Moussa Faki Mahamat.

Le nouveau Président Mnangagwa  a indiqué assurer à la sécurité et aux intérêts de son prédécesseur et de sa famille. Mais sur ce dernier cas, Mugabe semble ne pas être satisfait. Selon Zimbabwe Independent, il aurait confié à Moussa Faki qu’il ne se sent pas en sécurité.

« Ils vous ont dit que j’étais en sécurité, mais comment puis-je être dans cet environnement?  Ma femme pleure tous les jours. Ils la persécutent … Que suis-je sans ma femme et ma famille? Nous ne sommes pas en sécurité. Nous avons des avantages constitutionnels, par exemple, mais ceux-ci sont niés «, a déclaré M. Mugabe cité par le journal, qui s’appuie sur des notes détaillées fournies par les responsables présents à la réunion.

« Ce n’est pas comme si je pleurais pour ces avantages. J’ai rejoint la lutte pour me battre pour libérer mon peuple, pour ne pas bénéficier personnellement de quoi que ce soit, mais pourquoi me refuser des avantages auxquels je suis constitutionnellement autorisé?  Pourquoi harcèlent-ils les gens? Certains d’entre eux sont trop zélés. Comment arrêtez-vous tout un vice-chancelier d’université pour des mensonges au sujet d’un doctorat? Certaines de ces personnes ne sont que des idiots; ils sont des ignorants », s’indigne  Mugabe.

La semaine dernière, le vice-chancelier de l’Université du Zimbabwe, Levy Nyagura, a été arrêté pour avoir abusé de son poste. Il est accusé d’avoir facilité l’octroi d’un faux diplôme de doctorat à Grace Mugabe.

Mugabe crie à l’acharnement. Il indique qu’avant de faire son doctorat, son épouse a étudié le chinois et a obtenu un diplôme.

« Ce n’était pas facile. Elle a ensuite poursuivi ses études et a fini par faire un doctorat. Je la voyais travailler ici jour et nuit. Je l’aidais ici et là, alors comment quelqu’un peut-il se réveiller et prétendre qu’elle n’a pas travaillé pour cela? C’est du harcèlement », selon les propos attribués à Robert Mugabe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »