Accueil / Affaires / Karim Mazouzi : inventeur de l’ordinateur « 100% marocain ! »

Karim Mazouzi : inventeur de l’ordinateur « 100% marocain ! »

Partagez ceci :

001092011164225000000mazouzi

Karim Mazouzi a crée le premier ordinateur 100% marocain. Une affaire qui marche bien car sa société Accent emploie aujourd’hui une centaine de salariés. Et il construit une deuxième usine.

Elle est installée depuis 2000 dans la zone industrielle de Mohammedia.

Ce Marocain, originaire d’Oujda a un parcours pour le moins original.

Rien ne prédisposait ce fils d’émigrés à cette destinée. Il a en effet fait des études de géomètre-topographe au Conservatoire national des arts et métiers, à Paris. Il a débuté sa carrière toujours en France dans le bâtiment puis l’automobile. En 1994,  il s’intéresse à l’informatique et il lance DBM France. L’année suivante, il s’installe à Casablanca pour y fonder DBM Maroc, « un vieux projet ». Il y vend du matériel informatique, des consommables, des services de réparation…

Karim Mazouzi est ambitieux. En 1986, il décroche un diplôme d’analyste-programmeur. “Je voulais trouver du travail à mon frère ! Les liens d’affaires avec le Maroc établis, la nostalgie du pays a été ravivée. Je pense que tout immigré qui voit une opportunité dans son pays prendrait la même décision que moi; pour ma part, j’en avais marre d’être un MRE” : il n’a pas peur de créer sa propre marque et se s’attaquer à Apple, IMB et autres marques. Ce sera Accent, née en 2000. Son usine fabrique 20 000 unités par an, dont près de 80 % de portables.  « L’idée du PC appartient à IBM. Au-delà, tout le monde fait des clones, ce n’est donc pas une fatalité”

Accent réalise un gros tiers de ses ventes dans le cadre des grands appels d’offres, notamment ceux du ministère de l’Éducation nationale mais il vise aussi la clientèle féminine avec des netbooks de couleur rose, fins et ultralégers.

Malgré son enthousiasme, il déplore : « L’État ne fait rien pour encourager la création d’entreprise. Or, la seule réponse à la grogne des jeunes, c’est l’emploi. »

Il veut continuer à recruter, il parle de 100 nouveaux salariés. Il a investi 30 millions de dirhams, 2,6 millions d’euros.

A lire aussi : David Snir : il crée le premier ordinateur solaire pour l’Afrique !




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »