Accueil / Non classé / Le Burkina Faso a été exclu de la loi sur les opportunités de croissance en Afrique (AGOA)
AGOA

Le Burkina Faso a été exclu de la loi sur les opportunités de croissance en Afrique (AGOA)

Partagez ceci :

Le bureau du représentant américain au commerce (USTR), a déclaré le dimanche, que l’administration Biden a retiré le Burkina Faso de son programme de préférences commerciales en invoquant de profondes inquiétudes concernant un « changement anticonstitutionnel »de gouvernement dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. selon le communiqué.

Le bureau du représentant américain au commerce a déclaré que cette décision était due à des inquiétudes concernant un « changement inconstitutionnel » du gouvernement. 

Du côté burkinabè, le ministère burkinabé des Affaires étrangères n’a pas manqué de réaction. Il a affirmé le lundi que « le calendrier du retour à la démocratie n’avait pas changé», Le Burkina Faso s’était engagé à revenir à la règle constitutionnelle dans 24 mois dans un accord de juillet avec le bloc régional ouest-africain de la CEDEAO.

Les frustrations liées à l’incapacité du gouvernement à endiguer les activités des groupes terroristes armés ont provoqué deux coups d’État militaires au Burkina Faso en 2022. Les gouvernements militaires précédent et actuel ont fait des efforts pour renforcer la sécurité, mais les attaques ont continué.

Lancé en 2000, l’African Growth Opportunities Act « AGOA» vise à faciliter les exportations africaines vers les États-Unis pour soutenir le développement à travers, notamment, des réductions des taxes à l’importation, sous réserve de conditions liées au respect des droits de l’homme et à la bonne gouvernance. 

Le programme Agoa est une caractéristique de la politique africaine des États-Unis . Recherché par Clinton, renforcé par Bush, prolongé par Obama en 2015 pour 10 ans supplémentaires et maintenu par Trump, qui permet aux biens africains d’accéder librement aux marchés américains, peut être renforcé, et la politique de Biden va dans ce sens, grâce à la perspective du zone de libre-échange sur le continent africain.

Pathy Kan




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »