Accueil / Africa top success / Le Burkina Faso endeuillé par une série d’attaques jihadistes

Le Burkina Faso endeuillé par une série d’attaques jihadistes

Partagez ceci :

Plusieurs régions du nord et du nord-ouest du pays ont essuyé depuis le jeudi 19 janvier des attaques causant la mort d’une trentaine de personnes, dont une quinzaine de Volontaires de la défense de la patrie (VDP), indiquent plusieurs sources sécuritaires ce vendredi.

Un poste avancé des VDP, des supplétifs de l’armée burkinabé, a été pris pour cible à Rakoegtenga, une ville située dans la province de Bam (nord). Cette première attaque a tué six d’entre eux ainsi qu’une femme, a indiqué un responsable local des VDP.

Dans la province de Nayala à l’ouest, une « embuscade » a eu lieu « contre un convoi escorté par des militaires et des VDP sur l’axe Siena-Saran ». « Une dizaine d’autres VDP et un civil sont tombés dans cette deuxième attaque », a précisé ce responsable et une dizaine de personnes ont été blessées dont certains gravement.

La troisième attaque a eu lieu dans la province du Sanmatenga au centre-nord où une équipe mixte composée de militaires et de VDP a été « prise à partie ». « Une dizaine de terroristes ont été neutralisés. Malheureusement, quatre civils ont également péri », précise cette source. Dans la soirée de cette même journée, plus au sud, des hommes armés ont tué huit civils dans la ville de Sanaba, dans la province des Banwa.

Le Burkina Faso, en particulier dans ses régions du nord, est éprouvé depuis 2015 par des attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’Etat islamique qui ne faiblissent pas malgré les différentes mesures prises par le gouvernement.

Le capitaine Ibrahim Traoré, actuel président de transition, s’est pourtant donné pour objectif « la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes ». A cet effet, une campagne de recrutement de nouveaux supplétifs a été lancée l’année dernière pour aider l’armée dans sa lutte contre les djihadistes. Ces VDP (Volontaires pour la défense de la patrie) bénéficient d’une formation civique et militaire de 14 jours avant d’être armés et dotés de moyens de communication.

Ces attaques ont fait jusqu’alors des milliers de morts, des centaines de blessés et au moins deux millions de déplacés.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »