Home / A la Une / Présidentielle au Sénégal: les choses se compliquent pour Khalifa Sall

Présidentielle au Sénégal: les choses se compliquent pour Khalifa Sall

Partagez ceci :

Déclaré candidat le 26 juillet dernier, Khalifah Sall, voit ses chances réduites quant à sa participation à la présidentielle. Sa condamnation  été confirmée en appel à la mi-journée ce jeudi 30 août.

Cinq ans de prison ferme et 5 millions de francs CFA (7600 euros) d’amende, voilà la peine infligée à l’ancien maire de Dakar pour « escroquerie sur deniers publics », renseigne RFI.

Une peine identique à celle prononcée contre l’édile en première instance dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.

La Cour a également condamné Khalifa Sall et trois autres co-accusés (Fatou Traoré, Mabaye Touré, et Yaya Bodian) à payer solidairement la somme de 1,8 milliard de francs CFA à l’État du Sénégal – dont la constitution de partie civile a été déclarée recevable.

« C’est un coup dur certainement mais ce verdict était prévisible », affirme au micro de RFI, l’un des proches du maire de Dakar, venus au tribunal bien moins nombreux que d’habitude. D’ailleurs, souligne la radio mondiale, Khalifa Sall n’était pas présent dans la salle d’audience.

Mais tous les recours devant la justice ne sont pas épuisés pour autant. Sa défense va désormais se pourvoir en cassation. Le maire de Dakar pourra se présenter si la Cour suprême ne le condamne pas définitivement avant le 19 janvier 2019, date à laquelle le Conseil constitutionnel publiera la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »