BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / RDC : un militaire condamné à mort pour fuite devant l’ennemi

RDC : un militaire condamné à mort pour fuite devant l’ennemi

Partagez ceci :

En plus du motif de fuite devant les rebelles du M23, le soldat était également poursuivi pour meurtre de l’enfant d’un officier déployé aux fronts, et dissipation de munitions. 

Coup dur pour un militaire de l’armée RD congolaise. Ce vendredi, le tribunal militaire de garnison de Butembo a prononcé une condamnation à mort contre un militaire. C’était  au cours de l’audience du procès en flagrance où le militaire était jugé pour lâcheté devant le M23, dissipation de munitions, meurtres d’un enfant, tentative de meurtre et pillage. 

Le militaire condamné est un soldat de deuxième classe 3201 ème bataillon déployé à Kanyabayonga mais qui s’est retrouvé le 28 juin à Kaseghe, à une trentaine de kilomètres plus au Nord, sans autorisation de son commandant. Ce qui constitue, d’après le tribunal militaire, une fuite devant les rebelles du M23 qui progressent dans le Sud de Lubero. Aussi, à Kaseghe, à encore le tribunal militaire s’était rendu coupable de dissipation de munitions en tirant plusieurs balles dans une « si grande agglomération ». Circonstances dans lesquelles il a, d’après le tribunal, tué par balle une fillette de six et blessé une autre à la poitrine, des victimes toutes enfants d’un colonel des FARDC déployés à Kaseghe. 

Le tribunal militaire garnison du Nord-Kivu poursuit également une trentaine d’autres militaires dont deux capitaines, ainsi que trois de leurs épouses.  Ces militaires sont eux accusés  de « dissipation des munitions de guerre et pillage » des biens de la population dans leur fuite. Ils ont décroché dans plusieurs agglomérations depuis la chute de Kanyabayonga, Miriki, Kayna ou encore Kirumba.

D’après le capitaine magistrat Byamungu Bunamira, président du Tribunal militaire de garnison de Butembo, ce procès vise à « rétablir la discipline dans les rangs des hommes armés au front ».

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »