BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Sénégal : La société civile demande à Faye de rejoindre l’AEF

Sénégal : La société civile demande à Faye de rejoindre l’AEF

Partagez ceci :

La tension monte au Sénégal. La société civile qui a joué un rôle clé dans le départ de Macky Sall se tourne vers le nouveau Président Bassirou Diomaye Faye, l’incitant à s’aligner rapidement avec l’Alliance des États du Sahel (AES) composée du Mali, du Burkina-Faso et du Niger. La demande de cette ONG Urgence panafricain survient alors que Faye s’engage récemment dans des dialogues diplomatiques avec les dirigeants de la CEDEAO, où il s’est engagé à réintégrer les pays du Sahel dans le giron de la CEDEAO.

Les critiques au sein de la société civile sénégalaise arguent que ces pays du Sahel, impliqués dans des actions telles que l’imposition de sanctions au Mali, du Burkina-Faso et la fermeture des frontières avec le Niger, manquent de légitimité aux yeux des citoyens sénégalais.

« Aujourd’hui, demander à ces pays de revenir dans la CEDEAO, c’est donner le bâton à l’ennemi pour se faire taper dessus à nouveau », a déclaré le porte-parole de l’ONG.

Ils mettent en garde contre le fait d’inviter ces nations à revenir dans la CEDEAO, ce qui pourrait potentiellement exposer le Sénégal à des tensions géopolitiques et à des influences externes, un sentiment largement répandu au sein des cercles de la société civile.

« En ce moment critique, il est crucial pour le président Faye de ne pas se laisser influencer par les agendas des dirigeants de la CEDEAO », a déclaré un porte-parole de la coalition de la société civile. Ils soulignent que bien que la CEDEAO ait indéniablement besoin de réformes, l’AEF aborde activement les problèmes régionaux que la CEDEAO a négligés depuis des décennies.

L’appel au président Faye de donner la priorité aux intérêts nationaux et à une diplomatie prudente résonne profondément au Sénégal, où le paysage politique reste volatile après le mandat de Sall.

Alors que Faye navigue en début de présidence, la pression de la société civile met en lumière l’équilibre délicat entre l’intégration régionale et la sauvegarde de la souveraineté du Sénégal.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »