BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / Country / Austral Africa / Angola / Angola : Total expérimente une nouvelle technologie de forage deep Offshore

Angola : Total expérimente une nouvelle technologie de forage deep Offshore

Partagez ceci :

Avec des réserves estimées à 658 millions de barils de pétrole, situées à une profondeur d’eau pouvant atteindre 1 950 mètres et réparties sur 800 km2, le projet Kaombo représente l’une des plus grandes prouesses technologiques jamais réalisées par le Groupe français.

Le projet Koambo en Angola représente l’un des plus grands défis technologiques du groupe Français Total. Selon les experts, le groupe français doit expérimenter une nouvelle technologie du fait de la profondeur des eaux explorées, qui atteint 1 950 mètres. En plus de la profondeur, « les conditions de température et de pression sont extrêmes et cela nécessite le déploiement de technologies fiables et rentables ».

Un autre défi, est lié aux réserves de Kaombo estimées à 658 millions de barils, pour une capacité de production de 230 000 barils par jour (bpj). Du fait de cette énorme capacité de production, le système production du projet est particulièrement complexe. Il repose en effet sur la valorisation de gisements d’huile répartis sur six champs couvrant une superficie de 800 km2. Il a ainsi nécessité « le forage de 59 puits, la pose du plus grand réseau sous-marin d’Angola pour un seul projet. 300 kilomètres de pipelines sous-marins permettent aujourd’hui de relier les six groupes de réservoirs à deux barges flottantes de production et de stockage en mer (FPSO) », informe le groupe français.

L’on apprend que Kaombo est deux fois plus important que le projet exploité par le groupe français dans le golfe de Guinée, où la profondeur est estimée à 1400 mètres, et plus de 200 km au large des côtes.

Le projet Kaombo se situe dans le bloc 32, gisement pétrolier dont Total est opérateur et détient une participation de 30 %. Il a pour but de valoriser des gisements d’huile répartis sur 6 champs : Gengibre, Gindungo, Caril, Canela, Mostarda et Louro. Ceux-ci sont reliés par 300 km de pipelines sous-marins à 2 barges flottantes de production et de stockage en mer (FPSO : Floating Production, Storage and Offloading), Kaombo Norte et Kaombo Sul, informe le groupe français.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »