Accueil / Country / West Africa / Togo / Kémi SEBA, le franco-béninois africaniste indésirable au TOGO

Kémi SEBA, le franco-béninois africaniste indésirable au TOGO

Partagez ceci :
Kémi Séba, né Stellio (Stélio) Gilles Robert Capo Chichi né le  à Strasbourg, est un activiste politique  et franco-béninois, figure du radicalisme noir  et du panafricanisme contemporain. Il officie par ailleurs en tant que chroniqueur de télévision en Afrique.
.

Initialement membre francophone de Nation of Islam, Kémi Séba se fait d’abord connaître en France en tant que fondateur ou porte-parole de plusieurs organisations, notamment « Tribu Ka » et « Génération Kémi Séba », toutes deux dissoutes par décret pour incitation à la haine raciale. Se présentant comme anti-impérialiste et antisioniste, il est considéré, par de nombreux journalistes et politologues français et étrangers, comme un militant raciste antiblancracialiste et antisémite ainsi qu’un adepte de l’action violente dans les années 2000. Il est également considéré comme un suprémaciste noir. 

Après le Bénin son meeting contre la « Francafrique », le président de l’Ong Urgences Panaficanistes, l’activiste Kemi Seba devrait poser ses valises dans la capitale togolaise le 8 aout 2018, dans le cadre de sa tournée dénommée « L’Afrique libre ou la mort« , a été refoulé mardi à la frontière togolaise.

« Accompagné des membres du bureau national d’Urgences Panafricanistes BENIN, Kemi Seba vient d’être refoulé à la frontière togolaise, au motif qu’il est une personne dangereuse pour l’ordre public. Motif fallacieux déjà énoncé auparavant par les autorités sénégalaises, guinéennes, congolaises et maintenant togolaises. Les pions de la Françafrique déploient des moyens disproportionnés pour nous faire taire. Le combat s’accentue« , a écrit Kemi Seba sur sa page Facebook.

Un racialiste intégral 

Le politologue Stéphane François décrit la posture politique de Kémi Séba comme celle d’un « racialiste intégral qui a renversé la pyramide raciale élaborée au xixe siècle : le peuple civilisateur n’est plus celui des Aryens, mais l’Africain noir. » Très critique à l’égard des chefs d’Etats africains, le Franco-béninois  livre une guerre sans merci au Franc CFA.

La supra-négritude, un manifeste du panafricanisme ?

Finalement, Kémi SEBA n’est-il pas un Français comme beaucoup d’autres ? Son « Afrique (noire) aux Africains (Noirs) », n’est-ce pas du Jean-Marie LE PEN revisité ? Un bon vieux discours d’extrême-droite, en fait.

Un programme politique racialiste :

Lorsque le 20 avril 2008, de nombreuses personnalités représentant les divers bords de la politique française se sont massées stade de Dillon en Martinique pour assister aux obsèques d’Aimé Césaire, certaines souhaitaient sans doute secrètement, en enterrant ce poète génial, défenseur de la dignité des Noirs, voir disparaître avec lui le concept de la négritude. Entre autres politiciens présents, Dominique de Villepin, Laurent Fabius, Bernard Kouchner, François Hollande, Nicolas Sarkozy, François Bayrou… Pourtant, à la même période, ces mêmes politiciens français participaient à l’interdiction successive de trois organisations d’un polémiste identitaire noir, qui, à travers ses discours politiques en direction des déshérités et des Noirs en priorité, symbolise selon eux, dans la sphère francophone, un danger pour l’ordre public.

S’il semble représenter en effet une menace pour l’oligarchie française – au point que cette dernière l’ait placé dès 2006 sous la surveillance de la section antiterroriste et, à partir de 2008, de la DCRI, il reste plus que jamais un espoir pour la nouvelle génération de panafricains révolutionnaires et de dissidents anti-impérialistes de tous bords, qui voient en lui l’homme ayant repris le flambeau de ses pères, et donné à ses jeunes frères et soeurs de nouveaux repères. Cet homme a un nom, qui résonne partout où l’on parle de revalorisation de l’homme et de la femme noirs, dans le monde francophone, et au-delà : Kemi Seba. Le plus souvent, ce nom provoque des tensions, avec d’un côté, ceux qui voient en lui le symbole d’une virilité politique nègre retrouvée, et de l’autre, ceux qui déplorent, à travers sa personne, la naissance malheureuse d’un extrémisme noir jusque-là circonscrit aux Etats-Unis.

Mais au-delà de la sulfure médiatique qui entoure Kemi Seba, qui est-il réellement, quel est son message, le sens de son combat ? Est-il vraiment le militant noir raciste que l’on nous présente ? Son concept de négritude est-il exactement le même que celui défendu par ses aînés ? Pourquoi se voit-il, en 2012 encore, interdire d’entrée dans plusieurs pays, au motif que ses discours pourraient constituer des  » risques de troubles à l’ordre public  » ? Ce livre donne des réponses et, plus que ça, rappelle le sens du combat de ceux qui ont sublimé la souffrance de la négrophobie pour en faire une chance, celle d’être des hommes et des femmes libres de penser, mais aussi et surtout de se défendre face aux affres du mondialisme lorsqu’ils sont attaqués.

Source : https://www.amazon.fr/Supra-négritude-Kemi-Seba/dp/1091157014

Paul KANATE




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »