BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Mali : l’armée et Wagner tuent au moins 29 personnes à Amassine

Mali : l’armée et Wagner tuent au moins 29 personnes à Amassine

Partagez ceci :

Au Mali, le 19 mai, l’armée malienne et ses alliés russes du groupe Wagner ont tué environ 30 personnes à Amassine, près d’Anefis, dans la région de Kidal. Les rebelles du Cadre stratégique pour la défense du peuple de l’Azawad (CSP) accusent l’armée de massacrer des « civils » et de mener une « campagne de nettoyage ethnique systématique ». Cependant, une source sécuritaire malienne affirme que les victimes étaient des « terroristes ».

D’après plusieurs sources, qu’il s’agisse de membres du CSP, les militaires se sont positionnés près du château d’eau et ont tué les villageois venus s’approvisionner en eau. Des boutiques ont été pillées et des maisons incendiées. Selon ces sources, « plus de trente » villageois, tous des hommes civils, ont été tués : quatre égorgés, les autres abattus ou brûlés vifs dans leurs maisons.

Parmi les victimes figuraient deux notables locaux associés aux chefferies traditionnelles touarègues.

Une source sécuritaire malienne confirme un bilan de 29 morts à Amassine, mais soutient que « ces personnes étaient armées » et qu’il s’agissait de « terroristes », sans préciser leur affiliation ni les circonstances exactes de leur mort.

Dans un communiqué, l’armée malienne a déclaré avoir mené une opération « dans le secteur d’Anefis » les 18 et 19 mai, au cours de laquelle « plusieurs terroristes » ont été « neutralisés ». Deux véhicules, des radios et des uniformes militaires auraient été récupérés, sans plus de détails.

En mars dernier, une frappe de drone de l’armée à Amasrakad avait tué une dizaine d’enfants, en octobre, une dizaine de civils avaient été décapités à Ersane par les Fama et Wagner.

Le CSP accuse les forces gouvernementales de mener une « campagne de nettoyage ethnique systématique » contre les populations touarègues, arabes et peules, et appelle les « juridictions internationales indépendantes », en particulier la Cour pénale internationale, ainsi que les organisations de défense des droits humains à mener des enquêtes.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »