BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / A la Une / Niger : 10 000 soldats de plus pour sécuriser pétrole et uranium

Niger : 10 000 soldats de plus pour sécuriser pétrole et uranium

Partagez ceci :

Le Niger prévoit de recruter 10 000 hommes dès début juillet 2024 afin de contrer les attaques terroristes sur les sites stratégiques. La création de ce dispositif sécuritaire dénommé « Commandement des forces pour la protection et le développement » vise à sécuriser les puits pétroliers, le pipeline de près de 2 000 km transportant le brut vers Sèmè-Kpodji (Bénin), ainsi que les mines d’uranium et les corridors commerciaux.

Mercredi dernier, une attaque terroriste a ciblé l’oléoduc pétrolier à Tibiri, dans la région de Maradi, entraînant la destruction de plusieurs véhicules et la mort de six soldats nigériens.

 « Il s’agit de prévenir les actes de sabotage, les attaques terroristes et toutes autres menaces sécuritaires sur les sites d’intérêt stratégique […] pour répondre aux besoins pressants de sécurisation », a annoncé le Colonel-major Moukaila Sofiani, Directeur des études stratégiques au ministère de la Défense lors d’une intervention télévisée.

Le Niger reste sous la menace terroriste, notamment à l’Ouest et dans la zone des trois frontières (avec le Mali et le Burkina Faso), où des attaques d’AQMI et de groupes affiliés à l’État islamique sont fréquentes. Des éléments de Boko Haram sont également présents dans le Sud-Est, près du lac Tchad.

Ce contexte de violence met en péril la productivité des industries extractives du Niger. Le pays prévoit d’augmenter les effectifs de son armée à 100 000 soldats d’ici 2030 pour faire face à ces menaces sécuritaires croissantes.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »