Umalis Group
Home / A la Une / Réalité virtuelle : où en est l’Afrique ?
réalité virtuelle

Réalité virtuelle : où en est l’Afrique ?

Partagez ceci :

Parmi les nombreux concepts apparus ces dernières années, la réalité virtuelle est l’un de ceux dont on entend le plus parler. Pour bon nombre d’entre nous, cette dénomination renferme pourtant encore bien des mystères. Généralement, on définit la réalité virtuelle comme l’ensemble des technologies qui permettent, grâce à des ordinateurs, de s’immerger dans un environnement complètement artificiel et numérique. C’est une image de plus en plus familière que de voir des personnes porter ces casques de réalité virtuelle, connectés à des smartphones. Utiliser ces appareils aujourd’hui revient à se rendre compte que la différence entre le réel et la simulation du réel devient de plus en plus ténue.

Un marché en forte croissance

Longtemps regardée comme un projet utopiste, voire de la science-fiction, la réalité virtuelle est pourtant bel et bien en train de prendre une importance grandissante dans nos vies quotidiennes. Le marché global de la réalité virtuelle pèse en 2020 pas moins de 20 milliards de dollars. 

Poussé par les géants du web qui y développent sans cesse de nouvelles fonctionnalités, celui-ci est appelé à croître de manière spectaculaire dans les années à venir. L’un des meilleurs moyens pour le grand public d’avoir un avant-goût du potentiel de cette technologie est de pratiquer les jeux en ligne virtuels. En effet, ce secteur en forte croissance représente pour les développeurs et entreprises de réalité virtuelle, un débouché tout trouvé pour démocratiser dans un premier temps leurs produits et les diffuser ensuite à grande échelle.

La démocratisation par le jeu

On le sait, les Africains sont de plus en plus consommateurs de jeux vidéo, mais également de jeux de casino en ligne qui proposent régulièrement sur leurs sites, de jouer en mode réalité virtuelle. À l’aide de casques de type Oculus, les joueurs se retrouvent plongés dans un univers graphique et sonore inclusif et extrêmement réaliste où les gamers ou amateurs de poker ont l’occasion de repousser les limites de l’expérience traditionnelle de leur jeu préféré.

Parce qu’ils propulsent notre ressenti sensoriel à des niveaux inédits, les jeux en réalité virtuelle voient, sans surprise, leur demande grimper de 50% tous les ans auprès de consommateurs en recherche de sensations fortes. Mais il ne faut pas s’y tromper, l’industrie du divertissement n’est pas la seule à bénéficier de cette avancée technologique majeure.

De très nombreux champs d’action

Tout porte en effet à croire que nous utiliserons prochainement la réalité virtuelle de manière massive dans des domaines aussi divers que l’éducation, la formation professionnelle, la défense ou encore la santé. C’est à vrai dire déjà le cas : apprendre l’histoire et la géographie, s’entraîner à piloter un avion ou soigner une maladie mentale par le biais de la réalité virtuelle ne relève de nos jours plus de la fiction. 

Le potentiel de la réalité virtuelle s’étend de l’éducation à la recherche en passant par l’industrie

Les enjeux économiques sont immenses et l’Afrique compte bien prendre le train en marche. Aux quatre coins du continent, des initiatives fleurissent pour relever ce défi aussi bien technologique que sociétal. 

Une Afrique consciente des enjeux

Alors certes, il est actuellement possible de visiter virtuellement les pyramides d’Égypte ou bien de faire un safari parmi les lions en Afrique du Sud sans quitter son canapé, mais il y a plus intéressant encore. De Lagos à Casablanca, en passant par Lomé et Dakar, on a vu dernièrement poindre des laboratoires de recherche, des centres universitaires, et des start-up prometteuses dédiées à la réalité virtuelle et à son application dans notre vie de tous les jours.

Ces signes encourageants montrent qu’il existe une dynamique des vocations scientifiques dans cette industrie à très forte valeur ajoutée. Ceci pourrait aboutir, à terme, à la création de nombreux bassins d’emplois en Afrique et au Togo. Les artistes africains ne sont pas en reste et bon nombre d’expositions et de projets créatifs en réalité virtuelle voient désormais le jour, de pair avec un accès à Internet toujours plus étendu. Nul doute que l’utilisation de ces technologies de pointe est un vecteur de création et d’échanges culturels qui doit, dans le futur, aider à une meilleure connaissance et compréhension entre les peuples, et favoriser un mieux vivre ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »