Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : au moins 1 an pour faire une carte nationale d’identité, à qui la faute ?

Cameroun : au moins 1 an pour faire une carte nationale d’identité, à qui la faute ?

Partagez ceci :

Cabral Libii, le député du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale, pense que le problème de la lenteur du processus de délivrance de la carte nationale d’identité au Cameroun est la faute du gouvernement.

Au Cameroun, le problème des cartes nationales d’identité est un épineux problème. Pour avoir sa carte nationale, il faut parfois attendre 12 à 36 mois pour se voir délivrer cette précieuse pièce. Une situation qui met plusieurs camerounais dans une situation inconfortable et qui les empêche d’avoir accès à certains services.

Invité de la radio ABK, une chaine locale, Cabral Libii, le député du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale et leader de l’opposition s’est penché sur la question. « Ce n’est pas la peine de se creuser le cerveau. Pas du tout. C’est-à-dire que ce n’est pas le genre de situation qu’on devrait chercher à comprendre dans un pays. Ça n’a juste pas de sens. Et je crains que le problème de la carte nationale d’identité soit entretenu  par l’ordre gouvernant. Peut-être parce que redouteraient-ils – mais là je suis dans une conjecture – que les gens s’inscrivent, obtiennent massivement  leurs cartes nationales d’identité et peut-être s’intéressent à la question électorale. Mais toujours est-il que cet argument ne prospérerait pas véritablement parce qu’on peut s’inscrire sur les listes électorales avec le récépissé.  Donc, le problème est peut-être aussi ailleurs. Simplement, dans leur banditisme et leur prédation habituels. Parce que figurez-vous que pour la CNI, on la fabrique avec la carte PVC », a indiqué le député de l’opposition.

Avant de poursuivre : « (…) Pour le cas spécifique du Cameroun, il y a un problème de fond. C’est l’absence de matériel ! Et d’où vient-il qu’il n’ y ait pas de matériel pour fabriquer des cartes ? On ne vous le dit pas. Simplement parce qu’il y avait une entreprise Thalès, dont on ne payait pas les factures, après le DGSN est arrivé. Il a changé Thalès par Gemalto et puis quelque temps après, à l’international, Thalès a racheté Gemalto. Et du coup, Thalès est revenu pour renégocier le contrat en exigeant qu’un certain nombre de choses soient soldées. Voilà où on en est. Et puis, la question est : d’où vient-il que l’Etat ne puisse pas trouver de l’argent pour payer ça ? », s’est il demandé

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »