Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : la  corruption a causé un préjudice de 43,9 milliards à l’Etat en 2021

Cameroun : la  corruption a causé un préjudice de 43,9 milliards à l’Etat en 2021

Partagez ceci :

Ces chiffres ont été dévoilés par le rapport 2021 de la Commission nationale anti-corruption (Conac) publié ce jeudi à Yaoundé. Malgré les quelques mesures mises sur pied par le gouvernement en vue de lutter contre la corruption, le phénomène reste toujours endémique.

Selon les chiffres dévoilés par la Commission nationale anti-corruption (CONAC), dans son rapport sur la lutte contre la corruption au Cameroun en 2021, rendu public le jeudi 10 novembre 2022, l’on apprend que  la corruption a causé un préjudice financier de 43,9 milliards de FCFA au Cameroun au cours de l’année 2021.

Ceci résulte des enquêtes menées conjointement par la CONAC, le Conseil de Discipline Budgétaire et Financier (CDBF), ainsi que le Tribunal Criminel Spécial (TCS).

Dans ces enquêtes,  la CONAC a découvert que 24,8 milliards de FCFA des pertes  subies par les caisses de l’Etat est liés aux irrégularités observées à la Société de Recouvrement des Créances (SRC). Le rapport révèle d’ailleurs que cet établissement public est l’organisme le plus enclin à la corruption au Cameroun en 2021.

Le même rapport indique que  le préjudice financier subi par le trésor public est en augmentation de 26 milliards de francs CFA en glissement annuel. En 2020, il était de seulement 17 milliards de FCFA, et en 2021.

« Contrairement aux idées reçues, il ressort du rapport 2021, que les actes et les pratiques de corruption sont réprimés dans notre pays. Cette répression se traduit par les sanctions administratives d’une part et les condamnations prononcées par les juridictions compétentes d’autre part », a assuré le président de la CONAC, Dieudonné Massi Gams, dans son allocution de présentation de ce rapport. Ce dernier assure que 865 agents publics exerçant dans les départements ministériels et es entreprises publiques.

Créée par décret présidentiel du 11 mars 2006, la Commission Nationale Anti-Corruption du Cameroun
est un organisme public indépendant placé sous l’autorité du Président de la République, dont la mission essentielle est de contribuer à la lutte contre la corruption.

Depuis près de 18 ans, les résultats de cet organe ne sont pas toujours satisfaisant à cause de son caractère non contraignant sur les fossoyeurs de la fortune publique.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »