Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : la demande d’audition d’un journaliste inquiète la société civile

Cameroun : la demande d’audition d’un journaliste inquiète la société civile

Partagez ceci :

Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), ainsi que d’autres acteurs de la société civile, demandent au gouvernement du Cameroun de « cesser les intimidations envers Serge Alain Ottou », journaliste à Equinoxe Télévision, une chaine privée locale.

Après avoir manœuvré sous cape pour obtenir la tête de Serge Alain Ottou, journaliste vedette à Equinoxe Télévision, une chaine privée locale, Paul Atanga Nji, le  ministre camerounais de l’Administration territoriale, a finalement décidé d’agir à visage découvert. Dans un courrier qui a fuité sur internet, le ministre enjoint au gouverneur de la région Littoral de saisir les services compétents pour interpeller Serge Alain Ottou, journaliste à Equinoxe Télévision  et Engelberg Lebon Ndatchoua, cadre du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), un parti de l’opposition dont Maurice Kamto est le président national.

Dans  ce courrier, Paul Atanga Nji écrit : « Dans la soirée du jeudi 03 novembre 2022, la chaine de télévision équinoxe a diffusé l’émission « équinoxe soir » portant sur 40 ans de Renouveau, animée par Serge Alain Ottou  qu’accompagnaient plusieurs invités parmi lesquels, Engelbert Lebon Datchoua. Au cours de cette émission, l’invité sus nommé a, lors de l’une de ses interventions, tenu des propos injurieux, voire diffamatoires à l’endroit du Chef de l’Etat et des Institutions de la République. Il a notamment déclaré que « Monsieur Biya est l’une des malchances que le Cameroun ait connues », lit-on dans le communiqué publié il y a quelques jours.

Pour ces faits «  susceptibles de constituer des infractions à la loi pénale », le ministre de l’administration territoriale enjoint au gouverneur de la région du Littoral « de saisir le Conseil national de la communication, organe de régulation du secteur des médias, en vue de procéder aux investigations d’usage et de prononcer, le cas échéant, les sanctions appropriées à l’encontre des professionnels des médias concernés ; de faire procéder à l’audition de Engelbert Lebon Datchoua et Serge Alain Ottou dans le cadre d’une enquête administrative à la diligence du Préfet du Département du Wouri ; d’inviter le promoteur de cet organe de communication audiovisuelle à suspendre Engelbert Lebon Datchoua de toute participation aux émissions sur cette chaine de télévision en attendant l’aboutissement des enquêtes qui doivent être diligentées sous votre supervision

Des injonctions qui n’ont pas laissé indifférente la société civile. Dans une récente note, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) demande au gouvernement de « cesser toute intimidation, menace et représailles permanentes à l’encontre des journalistes, les défenseurs des droits humains, les militants de la démocratie en général et en particulier à l’encontre de Serge Alain Ottou, journaliste et Engelbert Lebon Datchoua, cadre du Mrc

A son tour, Hilaire Kamga, porte-parole de la plate-forme de la société civile pour la démocratie « tient à dénoncer et à condamner cette énième intimidation du Ministre de l’Administration Territoriale qui, en marge de l’arsenal juridique encadrant les libertés publiques, s’efforce au quotidien à restreindre l’espace civique et à limiter l’expression des libertés fondamentales chèrement acquises au Cameroun».

Hilaire Kamga rappelle « la démocratie suppose aussi et avant tout l’égalité des sujets de droit. M. Biya Paul, étant citoyen, peut saisir la justice s’il estime que les propos de M Datchoua sur Equinoxe TV constituent une injure  à l’endroit de sa personne.  Cette infantilisation récurrente du Président de la République est tout simplement exécrable et déshonorant pour ce dernier, qui pour l’instant est notre Chef d’Etat ».

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »