Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : le leader de l’opposition décline l’invitation de Paul Biya pour les vœux de Nouvel An

Cameroun : le leader de l’opposition décline l’invitation de Paul Biya pour les vœux de Nouvel An

Partagez ceci :

Cabral Libii, troisième à la dernière présidentielle et président du parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) estime qu’il ne fait pas bon ménage avec les prévaricateurs de la fortune publique.

Pourtant invité, Cabral Libii, le président du parti camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN) était l’un des grands absents à la cérémonie de présentation des vœux au président Paul Biya, vendredi 6 janvier.

Pour cause, le député de l’opposition a décliné l’invitation de son rival.

« J’ai eu l’insigne honneur de recevoir le 5 janvier 2023 du Président de la République, Chef de l’Etat, l’invitation à la cérémonie traditionnelle de présentation des vœux de nouvel an. Y faisant suite, je lui ai effectué une correspondance dans laquelle je lui dis ma gratitude pour l’honneur de l’invitation qu’il m’a fait, lui formule mes vœux de santé, de faveurs et de bonheur, et lui partage mon regrette de ne pouvoir y prendre part », écrit Cabral Libii.

Comme raison de son absence, le député estime qu’il ne peut pas se retrouver au même endroit que les fossoyeurs des caisses de la République.

« En effet, je trouve indécent de me retrouver confondu en ce haut lieu de la République, avec des prévaricateurs de la fortune publique qu’il promet pourtant depuis plusieurs années de sanctionner.  Mettre ensemble dans la même scène, les valeurs d’espoir que j’incarne et l’image de prévarication de la fortune publique que ces bandits à cols blancs renvoient, est une inconséquence politique qui peut jeter le doute et la confusion dans l’esprit de ceux de nos concitoyens qui espèrent un Cameroun meilleur », ajouté-t-il.

Il faut noter que ces derniers mois, les atteintes à la fortune publique se sont plus que jamais multipliées. Dans son dernier rapport, la commission nationale anti-corruption indique que le Cameroun a enregistré des pertes de plus de 44 milliards en 2022 à cause de la corruption.

En 2021, la CONAC a enregistré 6705 dénonciations pour faits et pratiques de corruption contre 16067 en 2020. 3879 de ces dénonciations l’ont été par voie de courrier administratif, 2694 par des appels via le numéro vert 1517, 77 par courrier électronique et 55 par message WhatsApp.

Entre autres pratiques dénoncées, la CONAC a répertorié 11 secteurs et administrations où les pratiques de corruption sont préoccupantes.

Par ordre alphabétique, il s’agit de l’Administration territoriale, les collectivités territoriales décentralisées, le Commerce, les Domaines et les affaires foncières, l’Éducation, les Finances, les Forces de maintien de l’ordre, les Forêts et la faune, la Justice, les Transports routiers et la Santé.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »