Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : sortie de prison, la tiktokeuse Christelle Atangana reprend le chemin de l’école

Cameroun : sortie de prison, la tiktokeuse Christelle Atangana reprend le chemin de l’école

Partagez ceci :

Après trois mois de détention pour outrage à la pudeur, la jeune dame de 21 ans a débuté une formation  au Centre  Privé de Formation Professionnelle des Arts de la Mode  à Yaoundé.

Elle a peut-être retenu la leçon. A peine sortie de prison, la jeune Christelle Atangana alias « Fiangan »  a repris le chemin de l’école. Selon des sources proches de la famille, Christelle Atangana a débuté ce jeudi 3 novembre 2022 une session de formation en couture, au Centre Privé de Formation Professionnelle des Arts de la Mode à Yaoundé. Un centre agréé par le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et réputé pour sa rigueur, sa discipline, sa formation de qualité  et son succès », selon un responsable du ministère.

Christelle Atangana, titulaire d’un baccalauréat en Industrie d’habillement (IH) a préalablement une maitrise des rudiments de cette spécialisation, qu’elle devra parfaire dans ce centre afin de se lancer définitivement dans la création de richesse.

Cette reprise des cours va en droite ligne avec les conditions qui lui ont été posées le 19 Octobre par Madame Mpoule  Enongue Carine Myriam, présidente du Tribunal de Première Instance du Mfoundi Centre Administratif en présence de sa mère. Selon le compte rendu d’audience fait par l’activiste Polycarpe Atangana Eteme, il avait été imposé à Brigitte Christelle Biloa Atangana de reprendre le  chemin de l’école et de  suivre une thérapie psychologique  et psychopathologique dans une formation sanitaire de son choix.

Arrêtée il y a un peu plus de trois mois, trois chefs d’accusations avaient été retenus contre elle : l’outrage public à la pudeur, l’outrage public aux mœurs et de publications obscènes réprimés par les articles 263, 264 et 265 du nouveau Code de procédure pénale.

Brigitte Atangana était poursuivie par le ministère public à partir de ses vidéos la montrant en pleins ébats sexuels publiés par elle-même, des captures d’écran de ses publications à caractère érotique sur facebook et ses nudes qui ont été mis à la disposition du Procureur de la République.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »