Home / A la Une / Congo-Brazza: fonctionnaires d’Etat, bar ou bureau…il faut choisir !

Congo-Brazza: fonctionnaires d’Etat, bar ou bureau…il faut choisir !

Partagez ceci :

Au total 56 agents et fonctionnaires d’Etat ont été débusqués des bars et autres lieux de jouissance de la capitale congolaise, aux heures où ils étaient sensés être à leurs postes. Et c’est le fruit d’une opération menée les 26 et 27 septembre dernier par la police, dans la plus grande discrétion à Brazzaville.

Ces fonctionnaires aux abonnés absents « ont été pris en flagrant délit de présence sur ces lieux et ce, aux heures de travail qui leur sont en principe dévolues », indique un communiqué du Conseil des ministres du 6 octobre 2018.

C’est le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, qui a rendu compte de cet absentéisme jugé « choquant », renseigne le site d’informations de l’hebdomadaire Jeune Afrique.

Même si le gouvernement congolais ne voulait pas que son geste « soit perçu comme un acte de délation », les identités des agents et fonctionnaires « indélicats », ont tout de même été dévoilées.

L’on cite comme exemple: Raphaël Kiamba, un agent du ministère congolais des Finances, est aperçu en train de « jouir » du cadre de la pâtisserie Mandarine tandis que Trésor Makita, un autre de ses collègues, préfère lui le restaurant « Mère Carine ».

Selon le ministre de l’intérieur, Zéphirin Mboulou, les agents de l’Etat arrivent souvent tardivement et quittent le travail de façon anticipée.

Une situation dont le gouvernement s’offusque alors que l’Etat « s’efforce de mobiliser chaque mois des dizaines de milliards de francs CFA pour assurer le traitement régulier des fonctionnaires et agents de l’Etat » et ce, « malgré la crise financière aiguë traversée » par le pays, selon le compte rendu du Conseil des ministres.

Depuis sa réélection en 2016, souligne BBC Afrique, le président congolais Denis Sassou Nguesso appelle régulièrement à rompre avec « la paresse, le laxisme, l’irresponsabilité, l’inconscience, la corruption, la fraude, la concussion, l’ethnocentrisme ou l’instinct grégaire, le népotisme et la tendance à la gabegie » et à renouer avec « l’esprit du travail, de la rigueur, de la discipline, de la responsabilité, de la probité, de l’unité nationale, du respect de la chose publique et de l’amour de la patrie ».

Un discours longtemps demeuré dans les annales mais qui visiblement, semble se traduire en actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »