Home / A la Une / Crise togolaise: les propos de Macron font réagir le ministre Bawara

Crise togolaise: les propos de Macron font réagir le ministre Bawara

Partagez ceci :

Dans le cadre de sa visite de travail chez son homologue Nigerian, Muhammadu Buhari, le président Français Emmanuel Macron a évoqué, lors d’une séance de questions-réponses, la crise socio-politique qui secoue le Togo depuis bientôt un an.

Réaffirmant l’engagement de Paris à soutenir la tentative de médiation de l’Union africaine entre le gouvernement togolais et l’opposition, le locataire de l’Elysée estime que « le Togo doit sortir du statu quo ».

Une position qui a vite trouvé une certaine résonance au sein de la classe politique togolaise. Si dans l’opposition, les propos de dirigeant Français sont « satisfaisants » et porteurs d’espoir, dans les rangs du parti au pouvoir, la tonalité demeure la même.
A en croire Gilbert Bawara, le ministre de la Fonction publique, « les propos du président Macron répètent également la position constante du gouvernement togolais ».

« Le gouvernement et sa majorité ne sont pas disposés à s’inscrire dans une logique de statu quo. C’est pourquoi nous avons toujours insisté sur deux exigences. D’une part, un esprit d’ouverture et de recherche du compromis, mais en même temps la détermination et l’engagement à aller jusqu’au bout du processus, en veillant à ce que les réformes politiques, notamment constitutionnelles, puissent être opérées en vue de remporter la démocratie, et faire en sorte que les aspirations de la société togolaise puissent être garanties et assurées », a-t-il affirmé auprès de nos confrères de RFI.

Emmanuel Macron a par ailleurs salué la médiation ghanéenne. « Le président Nana Akufo-Addo fait un gros travail de médiation. C’est lui qui a aujourd’hui le lead de cette négociation pour le compte de l’Union africaine. Le président Buhari entre en période électoral bientôt, je pense que le Nigeria aura un rôle important après cette période pour aider à la solution de crise. La France viendra en soutien de cette solution portée par les États africains et l’UA », a-t-il souligné.










Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »